2 min de lecture Attentats à Bruxelles

Attentats à Bruxelles : "Ces deux heures de retard nous ont peut-être sauvés"

REPLAY / TÉMOIGNAGE - L'avion transportant Luc Arseneau et l’équipe espoir de cyclisme du Canada devait atterrir à l'aéroport Zaventem à l'heure des explosions mardi 22 mars. Il a été dérouté vers Paris.

Édition Spéciale - Attentat La rédaction de RTL
>
Attentats à Bruxelles : "Ces deux heures de retard nous ont peut-être sauvés", témoigne un entraîneur canadien Crédit Image : WITT/SIPA | Crédit Média : Raphaël Vantard | Durée : | Date : La page de l'émission
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et Raphaël Vantard

Près de quatre mois après les attaques à Paris et quatre jours après l'arrestation de Salah Abdeslam, Bruxelles a été frappée en plein cœur mardi 22 mars. L'organisation État islamique a revendiqué les explosions coordonnées à l'aéroport international Zaventem puis dans une rame de métro de la capitale belge. Le bilan était d'au moins 34 morts et plus de 200 blessés en début de soirée. Luc Arseneau, entraîneur de l’équipe espoir de cyclisme du Canada et les passagers d'un vol au départ de Montréal à destination de la capitale belge ont peut-être échappé au pire. "On devait arriver à Bruxelles ce matin", explique en effet l'entraîneur. Sauf que l'avion a eu deux heures de retard au décollage. "C'est peut-être les deux heures qui nous ont sauvées", reprend-il.

Au lieu d'atterrir à Bruxelles, l'avion a été dérouté vers Paris et l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Le motif de cette redirection n'a pas tout de suite été expliqué aux passagers de l'appareil. "Quand on a atterri à Paris, avec les portables on s'est rendu compte qu'il y avait quelque chose qui se passait à Bruxelles", raconte Luc Arseneau. Sur le coup, on n'a pas réalisé, mais quand on a su l'heure exacte de l'explosion on s'est dit 'ben merde, on devait être là, ça devait être l'heure de notre arrivée'. Je ne sais pas où ça s'est passé dans l'aéroport, mais on aurait pu y être. Je sais que l'aéroport est quand même assez grand, mais ça fait quand même un coup de se dire qu'on devait passer là".

La veille, l'entraîneur avait relayé sur son compte Twitter un message expliquant que son équipe était sur le point de se rendre en Espagne pour un nouveau stage de pré-saison, et que des nouvelles allaient vite suivre. Elles n'ont pas tardé, avec ce message rassurant envers ses proches : "Moi-même et l'équipe sont ok. Ils ont dévié notre avion vers Paris. Nous vous tiendrons au courant mais nous sommes sain et saufs".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Bruxelles
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782496636
Attentats à Bruxelles : "Ces deux heures de retard nous ont peut-être sauvés"
Attentats à Bruxelles : "Ces deux heures de retard nous ont peut-être sauvés"
REPLAY / TÉMOIGNAGE - L'avion transportant Luc Arseneau et l’équipe espoir de cyclisme du Canada devait atterrir à l'aéroport Zaventem à l'heure des explosions mardi 22 mars. Il a été dérouté vers Paris.
https://www.rtl.fr/actu/international/attentats-a-bruxelles-ces-deux-heures-de-retard-nous-ont-peut-etre-sauves-7782496636
2016-03-22 19:19:31
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pAtqR9mKi2yES4obTCNDVw/330v220-2/online/image/2016/0322/7782497504_un-vol-montreal-bruxelles-a-ete-detourne-vers-roissy-charles-de-gaulle-mardi-22-mars.jpg