1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Après le maïs ou le colza OGM, voici le moustique transgénique
1 min de lecture

Après le maïs ou le colza OGM, voici le moustique transgénique

CHRONIQUE - Le Brésil s'apprête à lâcher dans la nature plusieurs millions de moustiques modifiés génétiquement pour lutter contre la dengue.

Un moustique Aedes Aegypti vecteur de la dengue.
Un moustique Aedes Aegypti vecteur de la dengue.
Crédit : JOHAN ORDONEZ / AFP
Virginie Garin

Ce sont tous des mâles qui ont été rendus stériles, avec des gènes modifiés. Leur mission va être de s'accoupler avec des femelles sauvages dans la nature. Elles vont faire des larves qui seront incapables de devenir à leur tour des moustiques adultes. En clair, ces insectes OGM vont faire office d'insecticides.

À écouter

Les premiers moustiques transgéniques arrivent au Brésil
01:58

Grâce à eux, les autorités veulent essayer d'enrayer l'expansion de l'espèce qui transmet la dengue au Brésil. C'est un vrai problème dans ce pays. Plus de 120.000 personnes sont infectées chaque année, plusieurs dizaines en meurent. Les seuls moyens pour s'en prémunir sont les répulsifs, les moustiquaires ou la pulvérisation à grande échelle de pesticides chimiques.

Le premier animal OGM

Ce moustique fabriqué par une société britannique vient d'être homologué au Brésil par le commission des biotechnologies. Mais l'affaire n'est pas encore totalement jouée. Il faut encore un ultime feu vert du gouvernement
Le débat fait rage. Les écologistes ont peur. Ce serait le premier animal OGM lâché dans la nature. Les défenseurs de moustiques OGM répondent d'abord qu'il ne pourra pas disséminer son gène à d'autres insectes puisqu'il est incapable de se reproduire. Et en permettant d'éviter les pulvérisations chimiques, c'est une technique plutôt écolo. 

Dengue ou chikungunya ?

Mais il pourrait y avoir un inconvénient. En réduisant la population de l'espèce aedes aegypti qui transmet la dengue, une autre espèce pourrait prendre sa place. Le moustique tigre, qui lui, transmet le chikungunya. Les experts brésiliens vont donc devoir suivre de près l'évolution des deux moustiques

À lire aussi

L'expérience sera aussi observée en Guyane, aux Antilles et à la Réunion, régulièrement touchées par des épidémies de dengue.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/