3 min de lecture Allemagne

Allemagne : qui est Beate Zschäpe, la néo-nazie condamnée à la prison à perpétuité ?

Depuis mai 2013, Beate Zschäpe, unique survivante d'un groupuscule néo-nazi, était jugée pour dix meurtres racistes, 15 braquages et deux attentats.

Beate Zschäpe au tribunal de Munich (Allemagne), mercredi 11 juillet 2018.
Beate Zschäpe au tribunal de Munich (Allemagne), mercredi 11 juillet 2018. Crédit : MICHAELA REHLE / POOL / AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

C'est la fin d'une affaire qui a bouleversé l'Allemagne. Mercredi 11 juillet, Beate Zschäpe, unique survivante d'un trio néo-nazi, a été condamnée à perpétuité. Cette femme de 43 ans a participé à une dizaine de meurtres racistes, 15 braquages et 2 attentats contre des communautés étrangères.


Son procès aura duré 5 ans. Depuis mai 2013, Beate Zschäpe était jugée pour les meurtres de huit Turcs ou personnes d'origine turque, d'un Grec et d'une policière allemande, tués entre 2000 et 2007

Pendant plusieurs années, l'accusée était restée mutique face aux juges et aux familles de victimes. Puis elle avait essayé de minimiser son rôle dans la préparation des attentats du groupe "Clandestinité nationale-socialiste" (NSU). En 2015, Beate Zschäpe a affirmé qu'elle avait protesté contre les meurtres perpétrés par ses deux compagnons, mais qu'elle n'avait jamais trouvé la force de se libérer de la dépendance émotionnelle qui la liait à Uwe Böhnhardt et Uwe Mundlos. "Ils étaient devenu sa famille", a-t-elle dit lors d'une audition en 2016. 

À lire aussi
Du chocolat (illustration) insolite
Allemagne : une usine déverse une tonne de chocolat sur la route

Mais le tribunal n'a pas été convaincu. Pour le représentant du parquet de Munich, Beate Zschäpe est un être "froid et calculateur pour lequel la vie humaine ne joue aucun rôle". Privée de la possibilité de demander une libération conditionnelle au bout de quinze ans, elle devrait passer sa vie derrière les barreaux.

Une vie chaotique avant la clandestinité

L'enfance de Beate Zschäpe est chaotique. Elle vit principalement chez ses grands-parents à Iéna, dans le centre de l'Allemagne. Elle ne connaît pas son père, qui a refusé de la reconnaître à sa naissance. De son côté, sa mère multiplie les mariages de courte durée et laisse sa fille à ses grands-parents pendant qu'elle parcourt l'Allemagne.

Au début des années 1990, "la fiancée nazie", comme la surnomme la presse allemande, rencontre deux hommes dans un club du centre de l'Allemagne. Uwe Böhnhardt et Uwe Mundlos deviendront ses amants. Les trois amis ne se quittent plus et c'est ensemble qu'ils s'engagent dans les mouvements d'extrême droite en 1995, rapporte France 24

Dès 1996, elle est arrêtée par la police. Alors qu'elle n'avait rien laissé paraître auprès de sa famille, elle a monté avec ses deux compagnons un premier groupe néo-nazi, les Confréries d’Iéna. Ils ont également participé à de nombreux rassemblements de "la Ligue de protection de la patrie de Thuringe", un autre groupe néo-nazi.

En 1998, elle n'a que 23 ans et déjà sa vie bascule. Les trois acolytes ont transformé un garage loué par Beate Zschäpe en un atelier de bombes artisanales, explique France 24. Les services de renseignements allemands découvrent cet atelier, mais avant qu'ils ne mettent la main sur les trois terroristes présumés, le trio avait déjà disparu.

Complicité et fausses identités

Ils créent alors le groupe néo-nazi NSU. En 14 ans de vie clandestine, Beate Zschäpe s'est inventée une dizaine d'identités. Elle sait se faire bien voir et jouer la femme bien sous tous rapports en public. Dans Der Spiegel, un de ses voisins se rappelle : "Quand elle entrait dans une pièce, vous oubliiez tous vos soucis. Je n’aurais jamais imaginé qu’elle était capable de tuer et de nourrir la haine à cette échelle."

Comme tous ceux qui la connaissent, il était loin de se douter que Beate Zschäpe fournit une aide logistique précieuse aux crimes d'Uwe Böhnhardt et Uwe Mundlos. Elle s'occupe de trouver les logements, gère l'argent issu des braquages, fait la cuisine. Et fomente les assassinats. 

Lorsqu'elle apprend en 2011 que ses deux amants se sont donnés la mort, elle fait exploser l'appartement dans lequel ils vivaient alors, à Zwickau dans l'est de l'Allemagne, et se rend. "Je suis celle que vous cherchez", a-t-elle dit en entrant dans le commissariat de la ville. Dans l'appartement incendié, la police a retrouvé l'arme qui a servi aux assassinats ainsi qu'une vidéo revendiquant les crimes.

Sa comparution est le plus grand procès néonazi de l'après-guerre en Allemagne. Rappelant les souvenirs du IIIe Reich, l'affaire a choqué le pays à cause des dysfonctionnements de l'enquête des renseignements allemands, qui n'ont identifié le groupe que tardivement, laissant agir Beate Zschäpe et ses acolytes pendant des années.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Allemagne Néo-nazi Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794077653
Allemagne : qui est Beate Zschäpe, la néo-nazie condamnée à la prison à perpétuité ?
Allemagne : qui est Beate Zschäpe, la néo-nazie condamnée à la prison à perpétuité ?
Depuis mai 2013, Beate Zschäpe, unique survivante d'un groupuscule néo-nazi, était jugée pour dix meurtres racistes, 15 braquages et deux attentats.
https://www.rtl.fr/actu/international/allemagne-qui-est-beate-zschape-la-neo-nazie-condamnee-a-la-prison-a-perpetuite-7794077653
2018-07-11 13:15:44
https://cdn-media.rtl.fr/cache/s8-Mb1HG1So9a10TAElfTw/330v220-2/online/image/2018/0711/7794078933_beate-zschape-au-tribunal-de-munich-allemagne-mercredi-11-juillet-2018.jpg