1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Élections régionales 2015 : "Proposer la fusion maintenant, c'est reconnaître une défaite à l'avance", selon Alain Duhamel
2 min de lecture

Élections régionales 2015 : "Proposer la fusion maintenant, c'est reconnaître une défaite à l'avance", selon Alain Duhamel

REPLAY / ÉDITO - Le Premier ministre propose la fusion des listes PS et Les Républicains pour éviter une victoire du FN dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Alain Duhamel : "Proposer la fusion maintenant, c'est reconnaître une défaite à l'avance"
03:22
Alain Duhamel : "proposer la fusion maintenant, c'est reconnaître une défaite à l'avance"
03:23
Alain Duhamel

Manuel Valls est favorable à une fusion des listes de gauche et de droite au 2ème tour des élections régionales dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où le Front national de Marine Le Pen pourrait l'emporter. Une stratégie "complètement inédite" pour Alain Duhamel. Une "méthode expérimentale qui ressemble fort à une opération de sauvetage en haute mer en pleine tempête", dit-il. Si les sondages se confirment et que Marine Le Pen est la mieux placée au lendemain du premier tour, elle risquerait de passer au second en cas de maintien du PS. Mais si les socialistes se retirent, ce pourrait être la double peine pour le PS : Marine Le Pen pourrait gagner, et eux n'auraient plus aucune représentation dans l'une des plus importantes régions de France, prévient-il. 

"Mais il ne faut pas être hypocrite, cette méthode expérimentale a extrêmement peu de chance d'être appliquée". Xavier Bertrand, chef de fil des Républicains dans la région et Nicolas Sarkozy sont contre. Même chose du côté des socialistes : le premier secrétaire du parti, François Hollande et Martine Aubry y sont opposés.

Proposer l'idée de fusion maintenant, c'est reconnaître une défaite à l'avance

Alain Duhamel

"Proposer l'idée de fusion maintenant, c'est reconnaître une défaite à l'avance", estime l'éditorialiste. Or Pierre de Saintignon fait une campagne tout à fait honorable et il a plutôt progressé dans les sondages. Ensuite, si l'hypothèse des sondages se confirme, il y a deux solutions. D'une part les les manœuvres d'appareil, qui sont justement dénoncées par Marine Le Pen depuis toujours. Autre solution : le choix des citoyens. C'est à eux de savoir ce qu'ils veulent et de se déterminer. C'est démocrate et transparent. 

C'est aux citoyens de savoir ce qu'ils veulent

Alain Duhamel

Pourquoi Manuel Valls s'affiche toujours plus combatif face au FN? Parce que c'est son tempérament, note Alain Duhamel. Ensuite ce sont réellement ses convictions : c'est un républicain "à la Clemenceau", il a été naturalisé et il croit aux valeurs républicaines. C'est aussi "thérapeutique", il a été bousculé après la débandade socialiste sur la fiscalité de la semaine dernière, donc ça lui permet de revenir. Il y aura aussi le bon rôle, de celui qui ouvre, qui propose, qui innove alors que la droite refuserait. En mélangeant fermeté et ouverture, ce pourrait être un investissement pour l'avenir, au-delà de 2017. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/