1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Afrique du Sud : décès à 90 ans de Desmond Tutu, icône de la lutte contre l'apartheid
1 min de lecture

Afrique du Sud : décès à 90 ans de Desmond Tutu, icône de la lutte contre l'apartheid

L'archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu, icône de la lutte contre l'apartheid et prix Nobel de la Paix, est décédé dimanche à l'âge de 90 ans.

Desmond Tutu, icône de la lutte contre l'apartheid
Desmond Tutu, icône de la lutte contre l'apartheid
Crédit : Jennifer BRUCE / AFP
William Vuillez & AFP

Il était un rire, une énergie et surtout une conscience. L'ancien archevêque sud-africain Desmond Tutu est décédé dimanche à 90 ans, au terme d'une vie de combat, d'abord contre l'apartheid puis pour la réconciliation de son pays et la défense des droits de l'Homme. 

Le président exprime "au nom de tous les Sud-Africains, sa profonde tristesse suite au décès, ce dimanche" de cette figure essentielle de l'histoire sud-africaine, dans un communiqué. Jusqu'à son dernier souffle, le prix Nobel de la paix de 1984 a imposé sa petite silhouette ronde et son franc-parler légendaire pour dénoncer les injustices et écorner tous les pouvoirs, quels qu'ils soient. 

Affaibli, depuis quelques temps il ne parlait plus en public. Mais il saluait les journalistes, sourire ou regard malicieux, à chacune de ses sorties récentes, lors de son vaccin contre la Covid ou d'un office pour ses 90 ans.

Une vie de combat

S'ils ont inspiré les foules, les engagements de Desmond Tutu ont aussi beaucoup irrité. Son église anglicane par exemple, quand il défendait les droits des homosexuels ou, plus récemment, le droit de mourir dignement. La Chine aussi, chaque fois qu'il prenait partie pour le Dalaï Lama. Ou encore les gouvernements sud-africains successifs, dont il a dénoncé les turpitudes.

À lire aussi

Même son ami Nelson Mandela n'a pas échappé à ses foudres. À son arrivée au pouvoir en 1994, Tutu a reproché à son Congrès national africain (ANC) une mentalité de "profiteur". Ses convictions étaient fermes, mais "the Arch", un de ses surnoms, les a toujours défendues avec une joyeuse exubérance. Volontiers blagueur, y compris à ses dépens, il n'hésitait pas à agrémenter ses harangues de quelques pas de danse et d'un rire proche du gloussement devenu sa marque de fabrique. 

Ses obsèques auront lieu le samedi 1er janvier au Cap, dans la cathédrale Saint-Georges, son ancienne paroisse, a annoncé ce dimanche soir sa fondation. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire