1. Accueil
  2. Actu
  3. Ils donnent leurs RTT à un collègue pour qu'il soigne sa fille, l'administration refuse
2 min de lecture

Ils donnent leurs RTT à un collègue pour qu'il soigne sa fille, l'administration refuse

TÉMOIGNAGE - Des policiers ont cotisé leurs RTT afin de les donner à leur collègue qui doit s'absenter pendant six mois. Sa fille doit être hospitalisée. Sauf que l'administration publique n'est pas du même avis.

Un policier patrouille dans les rues de la Zone de Sécurité Prioritaire de Sarcelles, le 13 janvier 2014 (illustration)
Un policier patrouille dans les rues de la Zone de Sécurité Prioritaire de Sarcelles, le 13 janvier 2014 (illustration)
Crédit : AFP / PATRICK KOVARIK
Samuel Goldschmidt & La rédaction numérique de RTL

À Nancy, un élan de solidarité émouvant se heurte à la froideur de l'administration. Christophe Grosjean est policier et sa fille de 8 ans, Eva, est atteinte d'une maladie grave. Elle doit être hospitalisée pendant six mois à Paris pour une greffe de moelle osseuse. Spontanément, ses collègues lui ont donné des journées de RTT, pour qu'il puisse assumer ce long séjour.

Mais l'administration a stoppé cet élan de solidarité. Une . Mais elle s'est perdue dans les limbes du Parlement.

Un prêt de RTT interdit dans la fonction publique

Le temps presse pour Eva. L'équipe médicale fait de la présence des parents une des conditions de la réussite. "Énormément de collègues voulaient participer et certains m'offraient plusieurs jours de congés. Dans le privé cela reste possible par convention entre l'employeur et l'employé. Entres fonctionnaires, ce système n'est pas applicable", explique Christophe Grosjean au micro de RTL.
 
La réponse a été imparable et plutôt sèche : "Non". Cela laisse les parents complètement désemparés. "On a du mal à comprendre. On a créé un élan de solidarité. Je comprends bien qu'il faille toujours se baser sur ces textes. On ne peut pas faire n'importe quoi. Mais humainement, on a du mal à comprendre la décision de l'administration", poursuit Christophe Grosjean.

Un congé de présence parental, intenable financièrement

La mère d'Eva a pu aménager son temps de travail en baissant son propre salaire. Si Christophe accepte le "congé de présence parental", c'est intenable financièrement. La famille se retrouve désemparée alors que l'horloge tourne pour qu'Eva puisse simplement survivre.

À lire aussi

En fin de matinée, le directeur général de la police nationale a expliqué dans un communiqué avoir été saisi de "la situation tout à fait exceptionnelle de la famille" de Christophe Grosjean. "Dès le 9 février, il a donné des instructions écrites pour accorder à titre dérogatoire au brigadier-chef Christophe Grosjean, quinze jours de congés exceptionnels au moment de l'opération de sa fille plus une journée par semaine à accoler à ses repos cycliques pendant un an".

Un policier obtient un congé exceptionnel pour s'occuper de sa fille malade
Une famille est désemparée face à la décision de l'admnistration publique
RTL Matin
Découvrir l'émission
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire