1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Présidentielle 2017 : où sont donc passées les questions agricoles ?
2 min de lecture

Présidentielle 2017 : où sont donc passées les questions agricoles ?

ÉDITO - Christian Menanteau se penche sur les programmes des prétendants à l'Élysée en matière d'agriculture.

Un agriculteur fauche les blés près de Tours (Illustration)
Un agriculteur fauche les blés près de Tours (Illustration)
Crédit : AFP / Guillaume Souvant
Présidentielle 2017 : où sont donc passées les questions agricoles ?
03:13
Présidentielle 2017 : où sont donc passées les questions agricoles ?
03:17
Loïc Farge
Loïc Farge

Ils ont été cajolés le temps du Salon de l'Agriculture à Paris. Depuis, leurs dossiers ont disparu du débat électoral. Les candidats à la présidentielle réservent pourtant une place non négligeable à ce secteur toujours important. Tous les prétendants reconnaissent le sérieux de la crise que traversent nos campagnes. Un consensus qui se traduit par des rapprochements singuliers : Jean-Luc Mélenchon promet une réforme agraire créatrice de 300.000 emplois. Elle fleure bon son XXe siècle, mais il partage aussi avec Marine Le Pen l'ambition d’une agriculture familiale, avec des circuits courts, et la fin de la PAC, enterrée avec ses accords commerciaux.

À l'inverse, Emmanuel Macron et François Fillon se rejoignent dans le maintien de la PAC, à condition qu’elle soit allégée et simplifiée. Mais comme rien n'est simple dans cette campagne, il y a aussi de profondes divergences. Les partisans d'une agriculture productiviste, riche en agrochimie, principalement soutenue par François Fillon et Marine Le Pen, qui s'opposent aux tenants du respect de l'environnement, qui ont pour chef de file Benoît Hamon.

L'écart se creuse entre les évolutions économiques et notre imaginaire champêtre

Christian Menanteau

Le projet Fillon est clair : priorité à la compétitivité, donc aux baisses de charges, à l'effacement des normes et à la fin des interdits sur les pesticides. Benoît Hamon prône une transition agricole avec 5 milliards d'investissements, une TVA réduites pour le bio et une lutte active contre les pesticides (une pomme subit 35 traitements, pas tous à l'eau claire).

Marine Le Pen est plus radicale : c'est "bonjour la PAF (Politique agricole familiale), adieu la PAC". Au menu : un contrôle des importations et un protectionnisme en faveur des produits français. Emmanuel Macron souhaite, lui, montée en gamme de nos productions grâce à un plan d’investissement de 5 milliards vers l'agriculture raisonnée et les circuits courts, tout en favorisant l'agriculture intensive pour l'exportation.

À lire aussi

L'écart se creuse entre les évolutions économiques et notre imaginaire champêtre. Mais aucun candidat ne néglige pour autant ce sillon. Jean Lassalle veut ainsi y consacrer 3 milliards pris sur la PAC, imposer le retour des quotas de production et celui des familles dans les fermes. Le berger des Pyrénées veut faire de nos campagnes une grande cause nationale.

Sur ce terrain, il pourrait croiser Philippe Poutou. Le NPA veut 100% de bio dans dix ans et compte tester chez nous l'expérience des coopératives collectivistes de la révolution espagnole. La diversité des propositions est à la hauteur du taux d'abstention (50%) prévu chez nos paysans.

La note du jour

13/20 à Enedis. L'ex-ERDF pose 19.000 compteurs communicants d'électricité par jour, ce qui devrait à terme faciliter la production par les Français d'une partie de leur propre électricité.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/