1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Pourquoi la crise chinoise n'aura pas de conséquence sur la croissance française en 2015
1 min de lecture

Pourquoi la crise chinoise n'aura pas de conséquence sur la croissance française en 2015

REPLAY - Emmanuel Macron a affirmé que cette crise boursière posait des risques sur la reprise économique mondiale mais pas sur la croissance française en 2015.

Un investisseur à la bourse de Shanghai en juillet 2015
Un investisseur à la bourse de Shanghai en juillet 2015
Crédit : JOHANNES EISELE / AFP
Chine : pourquoi il n'y aura pas de conséquence sur la croissance française en 2015
01:02
Bénédicte Tassart & Claire Gaveau

La dégringolade continue à Shanghai alors que la bourse a perdu 7,63% ce mardi 25 août. Une baisse qui ne se propage pas en Europe aujourd'hui après une journée noire la veille. Emmanuel Macron a affirmé que cette chute des cours boursiers asiatiques était un facteur de risque pour la reprise économique mondiale mais ne représentait pas une menace pour la croissance française en 2015

"L'économie mondiale se redresse mais pas autant que nous l'espérions (...) D'un côté nous avons des opportunités mais de l'autre, il y a beaucoup de risques et particulièrement la Chine aujourd'hui", a-t-il déclaré à Berlin à l'occasion de la Conférence des ambassadeurs. Des risques qui ne devraient pas avoir de conséquences pour la croissance française pour 2015 : "L'impact sur le court terme n'est pas d'une magnitude excessive sur l'économie française", a déclaré le ministre de l'Économie.

Des conséquences en 2016 ?

Une bonne nouvelle qui pourrait cependant cacher autre chose. Les conséquences d'un krach boursier ne se ressentent pas du jour au lendemain, mais davantage six à neuf mois après. Il faut donc attendre 2016 pour voir les réelles conséquences de cette importante chute boursière. Surtout que la croissance française profite des taux d'intérêt bas, avec des emprunts à faible coûts, ce qui est bon pour l'investissement. De plus, avec seulement 3% des exportations françaises vers Pékin, la France n'est pas la première exposée au risque chinois. 

Attention tout de même aux effets indirects de la crise chinoise : le pétrole baisse, les revenus des pays émergents aussi et la croissance mondiale est clairement à surveiller. L'année 2016 s'annonce donc importante car si quelque dixièmes de points de croissance en moins n'est pas forcément dramatique en soit, la prévision française table sur 1,5%. Un chiffre tout même fragile.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/