2 min de lecture Pouvoir d'achat

Parkings payants : la facturation au quart d'heure fait déraper les tarifs

REPLAY - La tarification au quart d'heure dans les parkings couverts entre officiellement en vigueur ce 1er juillet. L'association UFC-Que Choisir dénonce un "dérapage des prix" de l'heure de stationnement en deux ans.

>
Parkings payants : la facturation au quart d'heure fait déraper les tarifs Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : Armelle Levy | Durée : | Date :
Armelle Levy
Armelle Levy Journaliste RTL

À compter de ce 1er juillet, les automobilistes risquent de passer un sale quart d'heure. L'association UFC - Que Choisir a comparé les prix de près de 600 parkings, dans 183 villes de France. Résultat : entre le mois de septembre 2013 - juste avant le vote de la réforme - et le mois de juin 2015, le prix moyen d'une heure de stationnement a grimpé de 7,5%.

C'est beaucoup plus que les 0,8% d'inflation sur la période. Le prix moyen d'une heure de stationnement est passé d'1,90 euro en 2013 à 2,04 euros en 2015, soit 14 centimes de plus.
À l'origine, le but de la manœuvre c'était de ne pas vous faire payer deux heures stationnement, si votre voiture restait seulement une heure et cinq minutes au parking. On facture au quart d'heure et non plus à l'heure, pour redonner du pouvoir d'achat aux Français. Sauf que les gestionnaires de parking, qui sont déjà passés à la facturation au quart d'heure, ont gonflé leurs tarifs de 17% en moyenne pour une heure. On enregistre même jusqu'à 25% de hausse.

Fortes variations selon les villes

Ce qui est frappant, c'est que les prix des parking varient vraiment selon les villes. En deux ans, les tarifs se sont envolés de 19% à Bordeaux, de 14% à Lyon et de 11% à paris. Nous payons dans la capitale 3,70 euros de l'heure, contre 1,60 euro à Nancy. Cette dernière, comme Grenoble, a fait le choix de ne pas augmenter ses tarifs.

Les exploitants de parking se défendent. Ils expliquent que la loi les oblige à gérer leur parc pour atteindre l'équilibre économique, et que certaines collectivités accordent aussi des places gratuites dans certains cas. Reste que nous n'avons pas le choix.

À lire aussi
reportage
Au coeur de l'unique fabrique artisanale de jambon de Paris

À Paris, 85.000 places de stationnement ont été supprimées en dix ans, pour désengorger la ville. À Marseille, Strasbourg et Rennes, la moitié des places de stationnement payant sont maintenant des parkings. Nous sommes donc de plus en plus obligés de passer par la case parking.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pouvoir d'achat Auto Auto
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants