1 min de lecture Consommation

Pâques : les ventes d'agneau multipliées par deux en France

REPLAY - Week-end pascal oblige, la consommation d'agneau va doubler dans notre pays. Pour le gigot, les ventes vont même tripler.

>
Pâques : les ventes d'agneau multipliées par deux en France Crédit Image : AFP / Archives, Ingo Warner | Crédit Média : Armelle Levy | Durée : | Date :
Armelle Levy
Armelle Levy Journaliste RTL

Ce week-end, Juifs et Chrétiens s’arrêtent à célébrer les fêtes de Pâques. Conséquence : les ventes d'agneau en France sont multipliées par deux, en grande surface et chez les bouchers. Pour le gigot, on peut même dire que les ventes triplent. Selon les données de Kantar Worldpanel, dans un mois normal, entre 10% et 15% des foyers français, mangent de l'agneau. Mais à Pâques, le chiffre grimpe à 25%.

D'habitude, les Français mangent donc très peu d'agneau. Sur une année complète, nous en achetons moins de 4 kilos, ce qui représente à peine 7% des ventes de viandes. Pour rappel, le porc et les volailles représentent les deux-tiers des ventes de viande. Il faut dire que l'agneau, à 14 euros le kilo en moyenne, coûte deux fois plus cher que le porc.
L'agneau est le petit de la brebis et du bélier. C'est au printemps, au moment où la nature bourgeonne et se régénère, que les jeunes animaux sont les plus tendres. Pour bien choisir, la couleur doit être rose, et sa graisse, bien blanche et ferme.

Six agneaux sur dix produits à l'étranger

À Pâques, on parle beaucoup, par tradition religieuse, du gigot à table. Mais il existe d'autres beaux morceaux, comme l'épaule, le carré, les côtes, ou les filets, qui sont des parties tout aussi fines et tendres au goût.

On a de très bons éleveurs en France, qui sont les mieux rémunérés d'Europe, parce qu'ils soignent leurs agneaux. L'alimentation et leur rythme de vie font toute la différence. Mais nous produisons seulement 41% des agneaux que nous consommons.

À lire aussi
consommation
Lidl : le robot Monsieur Cuisine Connect bientôt interdit à la vente en France ?

Plus de la moitié sont  importés de pays où ils coûtent moins cher à élever, comme le Royaume-Uni, l'Irlande, la Nouvelle-Zélande et l'Espagne. Se pose alors la question du renouvellement : 60% des éleveurs français cesseront leur activité dans les dix ans à venir. Les repreneurs ne se pressent pas dans les bergeries.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Pâques Alimentation
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants