1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Oeufs contaminés : les lots identifiés dans le Morbihan
2 min de lecture

Oeufs contaminés : les lots identifiés dans le Morbihan

La partie des lots non encore transformés et transformés mais non commercialisés a été consignée par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP).

Photo d'illustration d'oeufs biologiques prise près de Berlin le 11 janvier 2010
Photo d'illustration d'oeufs biologiques prise près de Berlin le 11 janvier 2010
Crédit : AFP / JOHANNES EISELE
Sarah Ugolini

Les lots de produits bruts ou transformés par une société du Morbihan et contenant des œufs contaminés "à faible dose" par le fipronil "ont été identifiés", a annoncé mercredi soir la préfecture du Morbihan. Après avoir appris lundi que des œufs contaminés étaient arrivés en France, on en sait désormais plus sur leur origine. "Les lots concernés ont été identifiés, qu'ils soient bruts ou transformés", a fait savoir la préfecture dans un communiqué.

En effet, "la partie des lots non encore transformés et transformés mais non commercialisés a été consignée" par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP). On apprend ainsi que s'agissant des lots transformés qui ont été commercialisés, les premières analyses, qui devront être confirmées, indiquent des seuils très faibles, n'entraînant pas de toxicité pour la santé au stade du produit fini.

Des œufs destinés à la fabrication de biscuits et de pâtisseries

La préfecture ne donne pas le nom de l'entreprise concernée mais précise qu'elle utilise "cet ingrédient pour livrer les industries agro-alimentaires de fabrication de biscuits, pâtisseries" et qu'elle "a informé spontanément" le 8 août la DDPP avoir reçu une "livraison d'un éleveur belge dont la production s'est révélée être contaminée, à faible dose, par du fipronil". La livraison portait sur environ 295 000 œufs.

Enquête nationale chez "l'ensemble des fabricants d'ovoproduits"

"Parallèlement, les services de la DDPP mènent des inspections dans les élevages de poules pondeuses du département, ainsi que dans tous les établissements de la filière œufs et ovoproduits, afin de vérifier l'absence d'utilisation du produit antiparasitaire falsifié", indique la préfecture.

À lire aussi

Le ministère de l'Agriculture a annoncé ce mercredi une enquête nationale chez "l'ensemble des fabricants d'ovoproduits" (produits transformés à base d’œufs) agréés en France, qui sont au nombre de 80 environ.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/