1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les Français ne croient pas à une baisse de chômage avant 2017
1 min de lecture

Les Français ne croient pas à une baisse de chômage avant 2017

Selon un nouveau sondage publié ce dimanche 3 mai, 54% des Français pensent que le chômage ne diminuera qu'après 2017.

Emploi : les prévisions audacieuses du gouvernement
Emploi : les prévisions audacieuses du gouvernement
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le nombre de chômeurs en France a encore battu un nouveau record fin mars, avec 3,51 millions de demandeurs d'emploi sans activité en métropole, et les Français pensent que ce n'est pas près de s'arrêter. Selon sondage BVA pour Orange et iTELE publié ce dimanche 3 mai, plus de la moitié d'entre eux, 54%, pensent que le chômage ne diminuera durablement qu'après 2017,

Sur cette même question, un sondage Odoxa pour iTELE et Le Parisien/Aujourd’huien France publié ce vendredi 1 er mai avançait la proportion bien plus importante de 75% de Français estimant que le chômage "ne diminuera pas de façon continue d'ici la fin du quinquennat" de François Hollande, en mai 2017.

La majorité des Français remettent en cause les 35h heures

À en croire l'enquête publiée dimanche, seuls 4% des Français s'attendent à une embellie sur le front de l'emploi cette année, 16% l'année prochaine et 23% en 2017. La majorité (54%) pense qu'il faudra attendre "plus tard", après 2017. Les sympathisants de gauche sont moins pessimistes : 62% tablent sur une décrue du chômage avant 2017. À l'opposé, les personnes interrogées proches de la droite ne sont que 35% à croire à cette hypothèse.

Interrogés sur les 35 heures, plus de la moitié des sondés (57%) estiment que la réduction du temps de travail  a été une "mauvaise chose pour l'emploi". En matière de remèdes, près de huit Français sur dix (79%) pensent qu'alléger les charges pour les entreprises serait une mesure efficace pour faire baisser le chômage. Arrivent derrière le renforcement des mesures visant à contrôler les chômeurs (positif pour 64% des sondés) et loin derrière des mesures facilitant les licenciements pour les entreprises (36%).

À lire aussi

Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1.028 Français recrutés par téléphone puis interrogés par internet les 29 et 30 avril, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/