1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Le marché automobile redémarre en Europe, sauf en France
2 min de lecture

Le marché automobile redémarre en Europe, sauf en France

REPLAY / ÉDITO - 10,6 millions de voitures ont été écoulées en Europe depuis le début de l'année, soit une hausse de près de 6%. La France n'a pas énormément contribué à ce succès.

Le marché automobile redémarre en Europe, sauf en France
03:16
Le marché automobile redémarre en Europe, sauf en France
03:15

Bonne nouvelle : l’automobile,qui est l'une des locomotives de l’industrie, est de nouveau un objet de désir en Europe. Les ventes sont en hausse de plus de 6%. Cela faisait des lustres que l'Association des constructeurs européens n'avait pas affiché des performances aussi gaillardes.

Depuis le début de l’année il s'est vendu 10,6 millions de voitures sur le Vieux Continent. Ces chiffres sont spectaculaires en brut. Ils sont un peu plus relatifs quand on les met en perspective.

Exception française

Si les ventes en Espagne sont réellement stupéfiantes (+18%), elles ne représentent néanmoins que 800.000 unités facturées, contre 1,5 million avant la crise. On assiste donc à un effet rattrapage massif dans les pays les plus meurtris (l’Espagne, l’Irlande, l’Italie et la Grande-Bretagne). Dans tous ces pays, où l’on a durement touché le fond de la piscine, on veut s’en éloigner au volant d’une voiture neuve.

Le marché français ne surfe pas du tout sur ce dynamisme. Nous sommes l’exception européenne. Le régulateur est bloqué. C'est le reflet parfait des mouvements de notre économie. On amortit mieux les crises, mais on ne redémarre pas quand les dangers sont passés. Cette année, on devrait encore immatriculer un peu moins de 2 millions de voitures, essentiellement grâce au dynamisme des flottes d’entreprises.

En France, seuls 30 ménages sur 1.000 achètent une voiture neuve dans l’année

Christian Menanteau
À lire aussi

Les particuliers, eux, boudent les concessions : 30 ménages sur 1.000 seulement achètent une voiture neuve dans l’année. Il s'agit principalement des véhicules d'entrée de gamme, et plus particulièrement des low-cost du groupe Renault. Dacia fait chez nous, mais aussi en Europe, un véritable carton avec des ventes en hausse de 25%.

Un poste budgétaire qui pèse

Trois grandes raisons justifient cette exception française. D'abord, les Français sont pessimistes. Du coup, ils privilégient l'épargne aux gros achats. Ensuite, la voiture est un poste budgétaire de plus en plus lourd (beaucoup de ménages sont contraints d’en posséder deux pour des raisons professionnelles). Les taxes tous azimuts - notes de péages, assurance, entretien - sont de plus en plus salées. On arbitre donc à minima.

Enfin, on l’ignore trop souvent : nous sommes le pays champion de la voiture d’occasion. Notre marché de la deuxième ou troisième main est le plus dynamique d’Europe. Il y a chez nous trois fois plus de transactions dans l’occasion que dans le neuf.

Cela posera d’ailleurs à terme le délicat problème d'un parc auto très âgé et loin des nouvelles normes environnementales. Le bilan de ces exceptions, c’est que notre parc automobile ne correspond pas à notre statut de cinquième puissance économique mondiale.

Les repères du jour

Toyota va commercialiser en décembre au Japon sa première voiture à l'hydrogène. Elle sera en juin en Europe et aux États-Unis. C'est une révolution qui s'annonce.

La note du jour

07/20 à Google. Le géant américain ne sait pas trop quoi faire de ses Google Glass, ces lunettes connectées hors de prix (1.200 euros). Faute d'applications, la mise sur le marché est sans cesse repoussée.

RTL vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/