1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. La Grèce pourrait être contrainte de sortir de la zone euro
3 min de lecture

La Grèce pourrait être contrainte de sortir de la zone euro

REPLAY / ÉDITO – Selon les pronostics d'Angela Merkel, la Grèce pourrait être obligée de sortir de la zone euro, en cas de victoire du parti Syriza.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
La Grèce va-telle quitter la zone euro ?
03:27
La Grèce pourrait être contrainte de sortir de la zone euro
03:26
François Lenglet

Selon le magazine allemand Der Spiegel, Angela Merkel a dit qu'en cas de victoire du principal parti d'opposition, Syriza, la Grèce n'aurait pas d'autre choix que de quitter l'union monétaire, à cause du programme économique de ce parti, qui veut en effet rompre avec l'austérité.

Il s'agit de propos indirects de la chancelière allemande. Officiellement, le gouvernement allemand a réitéré dimanche 4 janvier sa confiance dans la Grèce et le programme de réformes qu'elle a entrepris.

Plus facile de quitter l'euro aujourd'hui

Certains affirment que la sortie de la Grèce de la zone euro serait l'apocalypse financière. On peut au contraire très bien l'imaginer. Des unions monétaires qui se détricotent, il y en a eu plein dans l'histoire. Et ce n'est pas fini. Regardez la Tchécoslovaquie, qui n'avait qu'un État, une seule dette, une seule monnaie. Le pays a du tout dédoubler après la partition entre la République tchèque et la Slovaquie. Tout ça s'est passé sans heurts.

Même en Europe continentale, la dernière union monétaire était l'union latine, au XIXème siècle. Les deux pays qui l'ont quittée (ils ont d'ailleurs été expulsés), c'était l'Italie et la Grèce.

À lire aussi

Ce serait même plus facile pour la Grèce de quitter l'euro aujourd'hui, par rapport au début de la crise, il y a quatre ans. Car sa dette est majoritairement détenue par des organismes internationaux, comme le FMI, et non plus par les banques.

Merkel refuse l'allègement de la dette

La Grèce n'aurait pas forcément intérêt à quitter l'euro. En réalité, elle n'a que deux possibilités. La première est de sortir de l'union monétaire, pour dévaluer massivement et retrouver sa compétitivité, rallumer la croissance et faire repartir l'emploi. Du même coup, elle dévaluerait évidemment sa dette, puisque celle-ci serait convertie en nouvelles drachmes.

La deuxième option est de rester dans l'euro, mais en allégeant sa dette. Une dette qui est aujourd'hui tellement élevée qu'elle est insupportable. Elle représente près de 180% du PIB, malgré les efforts inouïs que le pays a faits. En allégeant sa dette de façon substantielle, le pays pourrait retrouver une sorte de convalescence économique, même avec une monnaie trop forte pour lui comme l'est l'euro. C'est exactement ce que demande Syriza.

Mais Angela Merkel ne veut pas de cet allègement, et c'est justement pour cela qu'elle agite la menace de sortie de l'euro. Mais sur ce point, c'est Syriza qui a raison : la Grèce ne peut pas en sortir sans nouvelle aide. La situation est trop détériorée.

Le pari d'un accord

On leur a déjà prêté près de 300 milliards d'euros, et on a déjà allégé leur dette. Mais dans l'intervalle, on ne peut pas dire que le pays n'ait pas fait de chemin : chute des revenus de 25%, des retraites de 40%, augmentation du coût de la santé de 30%, excédent budgétaire, hors paiement des intérêts de la dette... Quel autre pays a supporté des réformes aussi violentes ? Comment imaginer qu'on demande davantage aux Grecs ?

Notre pari : quel que soit le résultat de l'élection, avec Syriza ou non, il y aura un accord pour alléger la dette. On peut, par exemple, imaginer qu'on va non pas supprimer la dette, mais allonger sa durée, jusqu'à cinquante ans par exemple, et donner aux Grecs un moratoire sur le paiement des intérêts.

De facto, cela revient à une faillite, puisque les créanciers ne sont plus payés. Mais cela permettrait à tout le monde de garder la face.

RTL vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/