1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. La boussole des marchés boursiers est un peu déréglée
2 min de lecture

La boussole des marchés boursiers est un peu déréglée

REPLAY / ÉDITO - À l'image des grandes Bourses en Europe et aux États-Unis, le Cac 40 a enregistré plusieurs séances consécutives de baisse, et s'est même vu glisser sous la barre symbolique des 5.000 points.

La boussole des marchés boursiers est un peu déréglée
03:19
La boussole des marchés boursiers est un peu déréglée
03:20

Les indices boursiers sont depuis quelque temps chahutés et en baisse. Est-ce que cela veut dire que les grandes bourses ont mangé leur pain blanc ? Les analystes financiers parlent beaucoup de "boussoles déréglées". Les bourses, en Europe comme aux États-Unis, commencent à se poser beaucoup de questions.

Paris, qui vient d’enregistrer plusieurs séances consécutives à la baisse jusqu'à voir le CAC 40 glisser sous la barre symbolique des 5.000 points, pourrait être le signe précurseur de cette inquiétude.

Pour appuyer leurs analyses, ces spécialistes - qui voient le verre à moitié vide - ne manquent pas d’arguments. D'abord, le prix du pétrole, autour de 60 dollars le baril, est en hausse très nette. Il a repris la moitié de sa dégringolade en six mois. Ensuite (même si c’est très peu perceptible) les taux d’intérêt ne sont plus négatifs dans les pays phares comme l’Allemagne. Troisième point : l'euro, toujours très compétitif face au dollar, retrouve depuis quelques semaines un peu de sa vigueur.

Paradoxe

Ces petites évolutions suffisent pour créer de l’inquiétude. C'est le paradoxe. En toute logique, on pourrait au contraire penser que ces trois facteurs sont en réalité positifs. Un pétrole un peu plus cher : c’est un peu d’inflation dans le système. Nous en avons besoin.

À lire aussi

Des taux d’intérêt qui cessent d’être proches de zéro : c’est un risque majeur en moins pour les banques et les compagnies d’assurances qui portent nos assurances-vie. Un euro à la bonne parité : cela réduit le coût de nos importations sans pénaliser nos ventes à l'étranger. 

Les arguments des inquiets sont à ce point retournables que l’on peut très bien voir le verre à moitié plein. Et même un peu plus, avec les bonnes perspectives de croissance qui attendent la zone euro.

Des signes de maturité

Pas de panique en vue. On assiste en fait à l’un de ces épisodes durant lesquels les marchés boursiers ressemblent à une coalition de mouches dans un pot de confiture : incapables de déterminer précisément où aller chercher leur pitance.

À une exception près : elles ne veulent plus gober certaines valeurs technologiques, et en particulier celles qui se sont survenues. À l’exemple de Twitter ou Linkedin en chute de près de 12%, ou encore des prix de beauté gonflées aux hormones, comme le Chinois Alibaba qui vient de se dégonfler de 40 milliards de dollars en moins de neuf mois.

Cela peut paraître inutilement brutal mais c’est aussi un signe de maturité. Le bons sens souffle aussi parfois à Wall Street et ailleurs.

Le repère du jour

Les prix alimentaires mondiaux sont au plus bas depuis cinq ans. Ils ont baissé de 19% en un an.

La note du jour

15/20 à Agnelo communication. Cette agence de pub brésilienne lance une campagne pour qu'au restaurant les hommes payent leur menu plus cher que les femmes. Au nom d'un principe très simple : les inégalités salariales à travail identique.

RTL vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/