6 min de lecture Maison jardin cuisine détente

Fête des pères : des idées de cadeaux de dernière minute

Au programme, des idées cadeaux pour la fête des pères, la technique pour planter des poireaux, discerner le vrai du faux dans une brocante et une recette de barbecue.

micro generique Maison Jardin Cuisine Brocante Thierry Denis
>
Fête des pères : des idées de cadeaux de dernière minute Crédit Image : I Stock | Crédit Média : Laetitia Nallet,Sébastien Demorand,Églantine Éméyé,Thierry Denis | Durée : | Date : La page de l'émission
245x300THIERRY DENIS
Thierry Denis

La fête des pères est ce dimanche 18 juin, donc voici des idées de dernière minute. Le dimanche les magasins de bricolage sont ouverts, vous avez encore le temps d’aller acheter quelque chose, comme un outil malin qui devine ce qui est caché derrière les murs.
 
Quand vous percez un mur, pour fixer une étagère par exemple, vous n’êtes pas toujours conscient que vous prenez un risque. Ce qui peut être embêtant est de ne pas savoir ce qu’il y a dans le mur. Vous pouvez toucher un fil électrique ou bousiller votre perceuse si vous tombez sur un poteau en métal. Il existe donc un petit appareil détecteur de métaux qui vous indique par un signal lumineux si vous pouvez percer sans danger. Si le signal vert alors le perçage possible, s’il est jaune, il y a un objet détecté, le perçage n’est pas recommandé, et s’il est rouge le perçage est à vos risque et périls. C’est le détecteur de matériaux Truvo de Bosch, pour le prix de 50 euros. 
 
Pour les plus petits budgets, on peut offrir une lampe torche qui a un petit truc en plus que les autres car elle est tactile. Imaginons vous êtes dans votre garage, il y a une panne d’électricité, vous n’y voyez rien, vous attrapez votre lampe et dès que vous la touchez elle s’allume. Pas de bouton à pousser, à pivoter, à presser, il faut juste la toucher ! Et pour l’éteindre, on la repose tout simplement. La Touch Tech d’Energizer s’allume au contact de la main fonctionne avec la technologie Led, à 50 mètres de portée. Son seul défaut est qu’il faut mettre des piles. Elle coûte 12,90 euros.

Si vous voulez faire quelque chose vous même, pourquoi pas une étagère pour ranger les clous et les visses ? Vous prenez une étagère, sur le dessus vous ne mettez rien, sur le dessous, vous venez coller des couvercles de pots de confiture. Avec de la colle ultra forte évidement ou alors pour plus de sécurité, vous vissez carrément  les couvercles. Vous venez visser vos pots de confiture sur les couvercles. Vous avez une étagère sur laquelle votre papa pourra poser ce qu’il veut et en dessous plusieurs pots de confiture qui sont comme suspendus, qu’il pourra remplir de clous, et comme les pots sont transparents on voit tout de suite ce qu’il y a à l’intérieur, c’est vraiment pratique.

Brocante

Quand on aime la brocante, les objets anciens, ceux qui ont une âme, ou qui nous rappellent notre enfance ou nos grands-parents, évidemment, on préfère que tout soit authentique. Plus qu'une préférence, c’est une exigence, hors de question d'être trompé sur la marchandise.
 
Sauf que les copies d’aujourd'hui sont si bien réalisées que ce n'est pas facile de faire la distinction. Nombre d'objets ont le look de l'ancien, la patine qui va avec, et pourtant ils sont fabriqués en Chine, ou dans des pays de l'est. Et il faut reconnaître que l'apparence est bien trompeuse.
 
Le mieux à faire est est de connaître quelques règles sur les objets anciens. Par exemple, les assemblages utilisés lors de la construction du meuble donnent de bons indices sur l'époque de fabrication. Jusqu'au XIXème siècle, les vis étaient très rares dans un meuble, à part les chevilles d'assemblage, on utilisait des clous, des pointes. La technique de collage pour assembler un meuble par exemple, ne date que de la fin du XIXème siècle. 

Donc si l'assemblage d'un meuble n'a pas de chevilles d'assemblage, méfiez-vous. Il y a eu les rivets aussi, jusqu’au milieu du XXème siècle, et enfin regardez les traces d'usure : une copie toute neuve n'en a pas en général. Et puis se rappeler qu'en général, les imperfections sont synonymes d'ancienneté, d'une époque où on fabriquait à la main et non en série et à la machine. Jusqu'à la fin du XIXème siècle, tous les meubles sont faits à la main.
  
Si vous n’y connaissez pas grand chose, plusieurs possibilités s'offrent à vous. Vous avez remarqué que de plus en plus souvent, les brocantes, surtout les grandes foires réunissant des vendeurs professionnels, mettent à disposition du public, des experts, pour vous aider dans vos choix. Rien que leur présence est une garantie sur la marchandise proposée. On peut penser que les exposants ne se risqueront pas à proposer une copie.

À lire aussi
maison
Taxe "abri de jardin" : qui doit la payer et combien ?

Sinon, quand vous vous apprêtez à faire un achat dont le montant est suffisamment important pour ne pas avoir envie de vous faire avoir, n'hésitez pas à demander une facture, mais assez détaillée : avec époque de fabrication, description, date de votre d'achat. Cette facture engage le vendeur. Si vous apprenez par la suite qu'il vous a vendu un faux, vous pourrez vous retourner contre lui. Si le vendeur vous refuse la facture ou cherche à y échapper sous un quelconque prétexte, c’est mauvais signe, réfléchissez à deux fois avant de faire votre achat. Mais attention, seul l'antiquaire est tenu de vous donner un certificat d'authenticité, pas le brocanteur.

Cuisine

Après la poitrine de veau, pourquoi ne pas passer à une autre poitrine et qui est géniale à cuire à la braise ? Pour deux rasions, d’abord parce que c’est un morceau qui supporte bien une longue cuisson, et aussi parce qu’il faut réellement être au fourneau ! Vous savez, le barbecue ça ne consiste pas uniquement à griller ou à brûler des merguez, on peut tout à fait s’en servir comme d’un véritable four, en jouant du couvercle, des températures, de la fumaison, tout en étant au vert et en plein air.
 
D’abord, chez monsieur le boucher, il faut demander un bon morceau épais de poitrine de cochon, dans les 500 grammes, 600 grammes pour quatre personnes, et vous allez lui demander de retirer délicatement la couenne tout en gardant le plus de gras possible, parce qu’il va à la fois nourrir la viande et la protéger si votre braise est trop forte. Il ne faut pas de flammes pour cette recette, juste une braise solide et descendante, comme on dit, qui va tenir disons une heure.
 
Voici donc la liste des courses, elle est plutôt simple : 1 cuillère à soupe rase de cinq-épices (le mélange Sichuan, cannelle, fenouil, girofle et anis-étoilé), 6 cuillères à soupe de sirop d’érable, 3 de vinaigre de Xérès et 3 de vinaigre de cidre, qu’on va mélanger. Et puis de la purée de piment, bien forte, comme la sauce Sriracha asiatique, dans tous les cas quelque chose qui contienne un peu d’ail parce c’est ça aussi qui va donner le goût. Dosez en fonction de votre goût. Tout ça, badigeonné sur la viande, une heure de marinade, et basta, ensuite il n’y a plus qu’à cuire en retournant régulièrement la viande sur le grill, en fermant le couvercle pour que ça cuise à cœur et en laquant la viande avec le reste de marinade. 

N’oubliez pas, enfin, de laisser reposer la poitrine une bonne dizaine de minutes en fin de cuisson, dans du papier aluminium. Une fois que vous êtes prêts à servir, un coup de fleur de sel, et une salade verte toute simple, une bonne laitue avec quelques giclées d’huile d’olive et de vinaigre de cidre, c’est dimanche, pas besoin de se prendre la tête outre mesure.

Jardin

Le poireau est un légume d’exception qui se cultive en deux temps, semis serré au printemps, puis repiquage deux mois après, en mai et juin. Pour les jardiniers qui ont oublié ce faire ce semis, ils vont choisir la solution de facilité : acheter en jardinerie une botte de jeunes plants bons à repiquer. Il faut tremper les racines de la botte des bébés poireaux dans un seau d’eau, pendant une demi-heure pour qu’elles boivent un bon coup et qu’elles soient faciles à démêler. 

Ensuite les prendre dans la main, dix par dix, la base de leurs racines alignée. La base des racines, c’est le renflement blanc qui est au pied des poireaux. Après, il faut les habiller, c’est-à-dire raccourcir leur feuillage et leurs racines avec un sécateur de telle sorte qu’ils soient tous à la même hauteur, une vingtaine de centimètres en tout, dont deux de racines. Ils seront plus faciles à repiquer et leurs feuilles raccourcies se déshydrateront moins après la plantation.
 
Ensuite il faut les repiquer en ligne, en laissant 10 centimètres entre chaque sur le rang. Et en enterrant les 5 premiers centimètres des jeunes poireaux, racines comprises.
Pour avoir le plus de blanc possible, plantez vos bébés poireaux au fond d’un sillon de 10 centimètres de profondeur, que vous reboucherez seulement un mois après. Une partie plus grande des plants pourra alors blanchir sous terre. Un paillis, en plus, fera du bien.

Laissez passer à nouveau un mois,  écartez le paillis, ramenez de la terre en butte à la base des poireaux et remettez le paillis. Le blanc pourra alors grandir encore. Pour se prémunir du ver du poireaux certains ajoutent de l’eau de javel dans le seau où on trempe les racines des jeunes poireaux. En pure perte car ce ver n’est pas un ver, il ne vit pas dans la terre : c’est la chenille d’un papillon qui pond ses œufs en hauteur, sous les feuilles vertes
 
Il vaut mieux planter, de part et d’autres des poireaux, des carottes et des céleris qui sont censés repousser ce papillon. Ou mettre un filet pare insectes. Et si en dépit de tout, le ver a quand même frappé, rasez vos poireaux, avec un peu de chance, ils repousseront au printemps, plus petits mais sains. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maison jardin cuisine détente Brocante Cuisine
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants