3 min de lecture Économie

Coronavirus : dette, récession, chômage... Les inquiétants chiffres de la crise

ÉDITO - L'économie mondiale va cumuler plus de 12.000 milliards de dollars de perte en 2020 et 2021 à cause de la pandémie due au coronavirus,

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus : le FMI prévoit "une récession mondiale cette année", selon Lenglet Crédit Image : Steve Jaffe / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Venantia Petillault

Le Fonds monétaire international vient d'évaluer les dégâts de la crise. Deux chiffres sont frappants dans cette étude. D'abord, la dette des États dans le monde sera équivalente, à la fin de l'année 2020, à celle de l'après Seconde Guerre mondiale. 

Équivalente non pas en valeur absolue : elle est bien supérieure à celle de l'époque. Mais équivalente en pourcentage du PIB, c'est-à-dire de la richesse produite sur la planète. La dette accumulée représentera alors 130% du PIB mondial. Deux, avec les conséquences de ce qu'on appelle désormais le Grand Confinement, l'économie mondiale devrait perdre 11.500 milliards d'euros de croissance. C'est à peu près comme si la Chine s'était éteinte une année entière. Et en 2020, le commerce mondial devrait lui aussi se contracter de 12%.

 
Cela veut dire bien sûr qu'il y aura une récession mondiale cette année. Avec - 4,9% pour la croissance mondiale, un chiffre sans précédent lui aussi, et d'autant plus saisissant que la population mondiale augmente chaque année, ce qui tire mécaniquement à la hausse le produit intérieur brut de la terre. 

C'est dans les pays développés que les dégâts sont les plus marqués, - 8% contre - 3% dans les émergents. Et au sein des pays développés, c'est l'Europe qui trinque le plus. Et en Europe, ce sont trois pays qui prennent l'essentiel de la crise, Espagne, Italie, et France, entre - 12 et 13% pour l'économie en 2020  selon le FMI. La France aura, si l'on en croît l'organisme de Washington, l'une des récessions les pires, non pas seulement d'Europe, mais de la planète. 

Une crise plus sévère que prévu, selon le FMI

À lire aussi
Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire lors d'un point presse, le 29 octobre 2020 à Paris. confinement
Confinement : la dette publique française devrait atteindre 119,8% du PIB en 2020

Le FMI a fait des pronostics sur la reprise. Les chiffres de cette année devraient mécaniquement provoquer des chiffres dans l'autre sens, positif cette fois ci, en 2021, +5,4% pour le monde, et +7,3% en France. On n'a pas fait une telle croissance depuis l'immédiat après guerre, durant les années de reconstruction. Cela dit, c'est bien sûr subordonné au fait qu'il n'y ait pas de deuxième vague d'infection Covid grave. Et vous noterez que même avec une progression aussi forte, le niveau de la fin 2019 n'aura toujours pas été rattrapé à la fin 2021. Le coût de cette affaire est donc extraordinaire.
 
En termes d'emploi, là encore, il y des chiffres extravagants. Selon le Bureau international du travail, c'est l'équivalent de 300 millions d'emplois à temps plein qui ont été détruits dans le monde. Avec des conséquences particulièrement sévères sur les travailleurs étrangers, où qu'ils soient, qui ont bien souvent été renvoyés chez eux sans ménagement. Plus de 160 millions de migrants sont rentrés au pays, sans travail, sans salaire et sans couverture médicale bien souvent. 500.000 Népalais sont ainsi rentrés d'Inde, l'Inde ayant elle-même rapatriés 220.000 personnes, bien souvent des pays du Golfe, le Bangladesh 250.000, la Birmanie 100.000, les Philippines 50.000. Un phénomène qui expliquerait que cette année, pour la première fois depuis les années 1990, l'extrême pauvreté dans le monde recommencerait à progresser.
 
Il faut également apporter un correctif à la chronique de mercredi 24 juin. Je vous vous ai parlé d'un sondage sur le télétravail, auprès des salariés de PSA, c'est le syndicat CFDT qui en était le commanditaire, et non PSA lui-même. Et pan sur le bec... PSA a de son côté fait faire une autre étude d'opinion, plus large, dans le cadre de son projet de télétravail. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie FMI Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants