2 min de lecture Faillite

Conjoncture : le nombre de faillites d'entreprises rebondit

REPLAY / ÉDITO - Le nombre de défaillances d'entreprises françaises repart à la hausse. Au premier trimestre 2015, près de 18.134 faillites ont été enregistrées.

Micro générique Switch 245x300 Eco Menanteau iTunes RSS
>
Conjoncture : le nombre de faillites d'entreprises rebondit Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission

La conjoncture économique s’améliore, selon les experts. Pourtant, on constate un retour brutal du nombre de faillites durant le premier trimestre de l'année. Nous sommes dans une période où nous ne sommes plus vraiment malades, mais pas encore guéris.

Cet entre-deux fait très mal. Durant le seul premier trimestre, 18.134 faillites ont été enregistrées. Un bilan qui n’a jamais été aussi sombre depuis 2009, et qui est largement supérieur à la moyenne de 16.000 faillites trimestrielles enregistrées depuis le début de la crise.

Ces faillites et les 66.000 destructions de postes qui les accompagneront, touchent essentiellement les petites entreprises, particulièrement les activités de services et de consommation. La liste des plans sociaux visibles (Vivarte, MoryGlobal, Abattoirs industriels de la Manche ou Galeries Lafayette, Intermarché) masque ceux, plus modestes, moins médiatiques mais tout aussi dévastateurs, qui accablent les TPE et les PME.

Hécatombe

Il y a des raisons bien identifiées à ce décalage entre la reprise et l’accroissement des faillites.
1/ Il y a toujours un temps de latence, de six à neuf mois, entre le constat statistique d'un rebond de l’activité et sa traduction en postes de travail.
2/ La marge entre le retour du business et le moment ou les TPE et les PME sont payées est importante en France. Ce décalage de trésorerie décapite souvent les plus fragiles.
3/ Il faut du temps aux entreprises pour reconstituer leurs marges bénéficiaires. Or ce sont ces gains qui permettront d’investir et de relancer la machine sur des bases solides avec un impact sur l'emploi. 

À lire aussi
Prêt Garanti par l'État : le remboursement est-il supportable pour les PME ? coronavirus
Prêt Garanti par l'État : le remboursement sera-t-il supportable pour les PME ?

Quand vous mettez ces trois facteurs en ligne, vous avez une hécatombe. Elle est plus particulièrement dans les petites entreprises du bâtiment, de la restauration ou de l’hébergement. Là où la sensibilité aux carnets de commandes et aux délais de paiements est la plus aiguë.

Double fragilité

Les perspectives de reprise, annoncées notamment par le FMI, vont assurément changer la donne dans les chiffres de l’Insee. Sur le terrain, un peu moins. Nous souffrons d’une double fragilité.

La première tient à notre modèle économique. Il est lourd, coûteux, davantage conçu pour favoriser l’emploi public que le privé. Le second, c’est que nous avons une démographie dynamique, mais dont le niveau de formation et d’intégration dans le monde du travail est assez faible.

Pour surmonter ces deux barrières, il faut plus de croissance chez nous que chez nos voisins. Le problème, c’est que la richesse du secteur privé n'a pas augmenté en 2014. La croissance prévue cette année tient surtout aux dépenses des retraités et à celles de l’État via la dette.

La note du jour

12/20 à Guillaume Pepy. Le président de la SNCF a donné son feu vert à un  passe multi-services (vélo, train, VTC, parking, etc.) qui entrera en service en juin.

RTL vous recommande
Lire la suite
Faillite Entreprises Premier trimestre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants