1 min de lecture Info

Conflit des routiers : "échec" des négociations salariales entre patronat et la CFDT

Patrons et routiers n'ont pas trouvé de terrain d'entente après les négociations salariales mardi.

Le "cabotage" permet à un transporteur étranger de réaliser trois opérations de chargement et déchargement sur le sol français, dans une limite de sept jours.
Le "cabotage" permet à un transporteur étranger de réaliser trois opérations de chargement et déchargement sur le sol français, dans une limite de sept jours. Crédit : Jean-Pierre Clatot / AFP / Archives

Les négociations salariales entre le patronat et les routiers se sont conclues mardi soir "sur un constat d'échec", a indiqué à l'AFP la fédération patronale FNTR.

La CFDT a pour sa part "claqué la porte" en signe de protestation.

"Toute la partie patronale a quitté la salle (des négociations) avec la CFDT", premier syndicat de la profession, a précisé Nicolas Paulissen, délégué général de la FNTR.

Les entreprises ne sont pas en capacité d'accorder des revalorisations à hauteur de 5%"

Nicolas Paulissen
Partager la citation

"Les entreprises ne sont pas en capacité d'accorder des revalorisations à hauteur de 5%" pour l'ensemble des salariés, comme l'exigeaient les syndicats, a-t-il dit.

À lire aussi
À Lille, le restaurant "Le Bloempot" est transformé en marché de producteurs avec des maraîchers et autres exploitants. Coronavirus France
Lille : un restaurant fermé se transforme en marché solidaire

Les chambres patronales s'étaient présentées mardi matin au siège de la Direction générale du Travail, à Paris, avec des "propositions améliorées", selon M. Paulissen. A savoir, une augmentation de 2% pour les coefficients les plus bas de la convention collective et de 1% pour les cadres.

"On est allé jusqu'au bout des négociations mais il y a un moment où il faut constater l'échec", a ajouté le délégué général de la FNTR, concluant que le "dialogue n'a pas permis de déboucher sur une solution".

L'intersyndicale n'a pas encore décidé de la suite

Contacté, le secrétaire général de la CGT Jérôme Vérité a indiqué qu'aucune décision n'avait encore été prise par l'intersyndicale (CGT, FO, CFTC et CFE-CGC), à l'origine de la grève en cours depuis dimanche soir.

La CFDT Transports avait décidé en fin de journée de "claquer la porte" des négociations, selon son secrétaire général, Thierry Cordier.

Le syndicat organisera mercredi une "conférence téléphonique en fin de matinée ou en début d'après-midi" avec ses adhérents pour décider d'une mobilisation ou non.

Selon Nicolas Paulissen, "aucune nouvelle séance de négociation annuelle obligatoire n'est prévue" à l'heure actuelle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants