1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Baisse de l'euro : une bonne nouvelle pour l'économie française
2 min de lecture

Baisse de l'euro : une bonne nouvelle pour l'économie française

REPLAY / ÉDITO - La chute de 15% de l'euro face au dollar sera bénéfique pour l'économie française. Cette baisse de la monnaie unique pourrait doper la croissance de 0,5%.

Baisse de l'euro : une bonne nouvelle pour l'économie française
03:56
Baisse de l'euro : une bonne nouvelle pour l'économie française
03:58

Les soldes d'hiver débutent ce mercredi 7 janvier. La baisse de l'euro ne va pourtant pas doper ce rendez-vous. L'électronique américaine, l'optique japonaise, les cachemires chinois et les costumes anglais devraient même coûter un peu plus cher. 

Seuls nos grands exportateurs en profitent

La baisse de la monnaie unique va surtout profiter à nos exportateurs et à leurs clients, hors de la zone euro. C'est donc d'abord l'affaire des entreprises, mais pas uniquement. Nous sommes tous très directement concernés. C'est une très bonne nouvelle pour notre économie.

La chute de 15% face au dollar et d'environ 6% face au panier des pays avec lesquels nous faisons du commerce, c'est l'équivalent d'un plan de relance, mais sans effort financier. Son impact est évalué à u surplus de croissance de 0,5%. C'est un bonus inespéré. 

Pour nos grands exportateurs, qui vendent hors d'Europe, c'est l'équivalent d'une dévaluation déguisée. Pour la chimie, la pharmacie, l'automobile, et plus encore l'aéronautique ou le luxe, c'est l'arrivée des Rois mages en ce moment. Quand l'euro baisse de 10% par rapport au dollar, Airbus gagne sans rien faire 2 milliards d'euros.

Peu d'incidence sur la compétitivité

À écouter aussi

Il faut toutefois rester lucides. Pour 95% de nos entreprises, le marché se trouve en France, ou au mieux dans la zone euro. Pour elles, l'affaire est neutre. Elle est même parfois négative, car elles vont acheter leurs matières premières ou leurs composants importés plus cher.

La baisse de l'euro aura peut d'incidence à cours et moyen terme sur la compétitivité de nos entreprises. Faute d'investissement, elles sont actuellement moins performantes que leurs grands concurrents. Leur gamme de produits est essentiellement de moyenne gamme. Elles sont aussi très concurrencées par les fabrications espagnoles, italiennes et asiatiques.

Leur priorité va donc être de reconstituer leurs marges et, pour les plus avancées, de consolider leur présence à l'exportation. Cette baisse va bien sûr animer la conjoncture, elle va stabiliser notre tissu industriel exportateur. Mais pour l'emploi, notre chômage devrait rester à son niveau actuel qui est élevé.

Les repères du jour

- 15 milliards d'euros : c'est le montant du déficit prévu par l'institut Coe-Rexecode pour nos caisses de retraite en 2020. C'est beaucoup plus que les prévisions gouvernementales de 9 milliards, qui étaient calculées sur des hypothèses de croissance assez élevées (plus de 2%).

- Un fabricant chinois de lampes LED devrait implanter une usine immense près de Verdun en 2016. L'investissement se monte à 60 millions d'euros, avec 200 emplois à la clé.

La note du jour

15/20 à trois jeunes créateurs de Wit.Ai. Cette jeune pousse, spécialisée dans la reconnaissance vocale intégrée dans les objets connectés, vient d'être rachetée par le géant Facebook.

RTL vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/