1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Aux États-Unis, il y a moins de personnes au travail qu'en France
2 min de lecture

Aux États-Unis, il y a moins de personnes au travail qu'en France

REPLAY - ÉDITO - Outre-Atlantique, la proportion d'adultes qui travaillent ou cherchent un emploi ne cesse de chuter.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
Aux États-Unis, il y a moins de personnes au travail qu'en France
03:22
François Lenglet

Bienvenue dans la reprise Canada Dry, cela ressemble à la reprise, mais ça n'est pas de la reprise, au moins pas comme au bon vieux temps du rêve américain. D'Europe, on voit les États-Unis comme la terre promise de la reprise économique, mais ce n'est pas vraiment de le sentiment des Américains. En effet, un article de presse a résumé la situation récemment en expliquant qu'il y a aujourd'hui aux États-Unis moins de gens au boulot qu'en France - la France qui, pour la plupart des Américains, est le justement paradis des paresseux, un comble ! Et c'est vrai. Le taux de participation au marché du travail, c'est a dire la proportion d'adulte qui travaillent ou cherchent un emploi, ne cesse de chuter. Elle est aujourd'hui de 62%, du jamais vu depuis les années 1970. Cela veut dire que sur 100 adultes américains, seuls 62 travaillent.
Comment cela s'explique t-il dans une économie en pleine santé ? Il y a d'abord le vieillissement de la population, qui fait que le nombre de retraités augmente. Il y a ensuite les chômeurs découragés, qui renoncent à chercher un emploi parce qu'ils savent qu'ils n'en trouveront pas, étant sans emploi depuis plusieurs années. Ce sont des jeunes qui rentrent chez leurs parents, ou au contraire des seniors qui vont vivre avec leurs enfants. Ou encore des femmes qui restent à la maison, si leur conjoint travaille. Et il y a enfin les détenus en prison, beaucoup plus nombreux qu'auparavant.

Les détenus font chuter l'emploi

Voila trente ans que les États-Unis n'ont pas cessé de durcir leur politique d'emprisonnement, y compris pour les petits délits, au point qu'ils ont aujourd'hui cinq fois plus de détenus, en proportion, que les autres pays de l'OCDE. En valeur absolue, il y a plus de prisonniers aux États-Unis qu'en Chine. Cela représente près de deux millions et demie de personnes sorties du marché du travail, pour l'essentiel des hommes en âge de travailler. Cela fait donc chuter le taux d'emploi des Américains.


Ceux qui travaillent ne profitent pas tant que cela de la reprise. C'est l'autre bizarrerie, les salaires n'augmentent toujours pas, alors que d'habitude, ils sont tirés à la hausse par le redémarrage économique. Cette fois-ci, au contraire, ils baissent. Le revenu médian d'un foyer américain est aujourd'hui de 48.000 euros, c'est à dire qu'un foyer sur deux gagne en dessous de cette somme. C'est 6% de moins qu'en 2007, avant la crise, alors que 2007 avait déjà chuté par rapport à 1999 ! Bien sûr, il y a des disparités importantes selon les races. Les Asiatiques sont en haut de l'échelle, très largement, avec 63.000 euros par an, les blancs sont légèrement au-dessus de la moyenne, alors que les hispaniques et surtout les noirs sont en dessous.

Qu'est-ce qui explique cette chute des salaires ? Cela mystifie les économistes. Un fait est sûr, seuls les 5% d'Américains les mieux rémunérés ont vu leur niveau de vie progresser, dans des proportions parfois considérables. Plus on est qualifié, plus on travaille, plus on gagne. À l'inverse, les moyennement qualifiés et les non qualifiés dégringolent l'échelle sociale. C'est la classe moyenne américaine qui a été attaquée, malgré les 2 à 3 % de croissance annuelle, sous la présidence Obama. Et c'est bien sûr cela qui explique l'envolée des populistes comme Donald Trump dans la campagne électorale pour la prochaine présidence, au détriment des partis traditionnels.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/