1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Autoroutes : François Hollande lâche le gouvernement
1 min de lecture

Autoroutes : François Hollande lâche le gouvernement

REPLAY - Le chef de l'État ne veut pas laisser le contentieux entre le gouvernement et les sociétés d'autoroute durer plus longtemps. Il a ainsi posé un ultimatum à Ségolène Royal, Emmanuel Macron et Manuel Valls.

François Hollande a inauguré un nouveau tronçon d'autoroute en Corrèze, le 7 février 2014.
François Hollande a inauguré un nouveau tronçon d'autoroute en Corrèze, le 7 février 2014.
Crédit : JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Autoroutes : François Hollande prend le parti des sociétés et lâche le gouvernement
01:11
Martial You & La rédaction numérique de RTL

François Hollande a inauguré un nouveau tronçon d'autoroute, en Corrèze et en a profité pour mettre les pieds dans le plat. Le chef de l'État exige, dans les prochains jours, un règlement global et définitif du contentieux entre l'État et les sociétés d'autoroute. Ce contentieux traîne depuis que le gouvernement a décidé de geler les tarifs de péage. 

Des travaux de 3,2 milliards d'euros

Dans ce dossier, le président de la République a choisi son camp. François Hollande a clairement pris le parti des sociétés d'autoroute plutôt que celui de ses ministres. Il a demandé que l'on signe un contrat de confiance entre l'État et les sociétés autoroutières. 

Il a donné quelques jours à Ségolène Royal, Emmanuel macron et Manuel Valls pour trouver une solution. C'est un ultimatum. François Hollande a besoin des concessionnaires pour soutenir sa politique économique. Les groupes sont prêts à financier un plan de travaux autoroutiers de 3,2 milliards d'euros dans les prochaines années. Cela pourrait créer 20.000 emplois

Hausse des tarifs des autoroutes de 0,25%

Un tel programme d'investissement ne peut pas être stoppé pour cause de tensions entre certains membres de son gouvernement et les géants du BTP. François Hollande a déblayé et aplani le terrain hier. Fini l'idée de renationaliser les autoroutes. Il souhaite que l'on prenne en compte la rentabilité des sociétés concessionnaire et le pouvoir d'achat des automobilistes

À écouter aussi

On pourrait donc voir réapparaître une petite augmentation de 0,25% des tarifs dans les prochaines semaines. À l'Élysée comme chez Vinci, on trouve que le dialogue est préférable au bras juridique à tel point que les sociétés d'autoroute souhaitent avoir une nouvelle réunion avec les ministres dès lundi

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/