2 min de lecture Gouvernement

Automobiles : la fin des vitres teintées, c'est pour janvier 2017

REPLAY - Les propriétaires de voitures à vitres teintées risqueront une amende de 135 euros et un retrait de trois points sur leurs permis, dès janvier 2017.

Micro générique Switch 245x300 Auto-Radio Christophe Bourroux iTunes RSS
>
Automobiles : la fin des vitres teintées, c'est pour janvier 2017 Crédit Image : AFP | Crédit Média : Christophe Bourroux | Durée : | Date : La page de l'émission
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

C'est la fin de l'anonymat dans les voitures. Par un décret publié jeudi 4 avril, le ministère de l'Intérieur a fait part de sa volonté de sanctionner les propriétaires de véhicules aux vitres surteintées, qui ne respectent pas le taux minimal de transparence de 70%. La loi sera effective dès le 1er janvier 2017 et les récalcitrants risqueront une amende de 135 euros et le retrait de trois points sur leurs permis de conduire. 

"Un surteintage excessif des vitres avant représente un réel danger en matière de sécurité routière", a expliqué la place Beauvau, arguant que les vitres fumées réduisent la visibilité du conducteur, qui ne serait pas capable, surtout la nuit, de percevoir un véhicule autour de lui, et encore moins un piéton. Autre argument avancé : la sécurité accrue des forces de l'ordre. Elles pourront, dans un contexte de menace terroriste élevée, procéder à des contrôles de manière plus sécurisée. Les policiers et gendarmes seront aussi en mesure de "sanctionner l'usage du téléphone au volant, le port d'oreillettes ou le défaut de port de la ceinture de sécurité".

"un acte de décès au niveau d'une profession"

Des dérogations sont toutefois possibles pour les conducteurs souffrant de maladies "très spécifiques" ou les détenteurs de voitures blindées. Une exception qui n'a pas empêché l'association 40 millions d'automobilistes de déplorer "le manque de tolérance du gouvernement" et de réclamer "que l'État prenne en charge les frais de dépose des films pour les propriétaires des véhicules concernés".
Dès le mois de novembre 2015, l'Association sécurité et filtration des films pour vitrage (ASFFV) avait estimé que le gouvernement allait signer "un acte de décès au niveau d'une profession" et déploré un manque de concertation. Son président Nicolas Guiselin évoquait 811 entreprises et 1.800 emplois en danger. Selon l'association, la pose de films sur les vitres avant des véhicules représente 53% de l'activité du secteur. Elle avait estimé que deux millions d'automobilistes ayant fait équiper leur voiture de films teintés à l'avant allaient se retrouver hors-la-loi. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Sécurité routière Auto
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants