1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Après le Club Med, Fram pourrait passer sous pavillon chinois
2 min de lecture

Après le Club Med, Fram pourrait passer sous pavillon chinois

REPLAY - ÉDITO - Le célèbre voyagiste toulousain est en proie à de très sérieuses difficultés financières. On parle de sa vente à brève échéance. Mais à qui ?

Après le Club Med, Fram pourrait passer sous pavillon chinois
03:12
Loïc Farge
Loïc Farge

Fram (pour "Fer Route Air Mer) est né en 1949. C'estle grand voyagiste populaire du tourisme français. Il a occupé au fil du temps la place laissée vacante par la montée en gamme du Club Med. Avec succès. Mais son modèle économique, axé sur des séjours dans le bassin méditerranéen, n’a pas résisté aux révolutions et convulsions des printemps arabes. L’entreprise a, depuis quelques années, de très sérieuses difficultés financières.

Pour y faire face, Fram a déjà vendu quelques bijoux : son siège à Toulouse, des villages au Maroc et en Espagne. Mais c’est insuffisant. D'autant qu’avec la fin de l’été, arrive le règlement des factures aux compagnies aériennes et des commissions aux agences de voyage. Il faut très vite trouver de l'argent, donc un repreneur. Il y en a.
Fram reste encore une entreprise attractive. D'abord pour la marque, toujours exceptionnelle. Il y a aussi le réseau des agences, qui ont quand même accueilli 400.000 clients cette année, et la filiale low cost du groupe, qui s’appelle Plein Vent. Pour un Chinois, c’est une aubaine. Il s’agit de s’implanter en Europe, d’acquérir des savoir-faire et de tirer le meilleur parti du boom touristique qui s’annonce en Asie.
Par ailleurs Fram, spécialiste du voyage d’entrée de gamme, est très adapté aux attentes des touristes asiatiques. Voilà pourquoi ces investisseurs sont aux aguets.

Le Chinois HNA, c'est du lourd

Karavelle-Promovacances, le numéro un français de la vente de séjours sur internet, serait sur les rangs. Transat France, un réseau d’agences de voyages, lorgne sur des morceaux de Fram dans l’Hexagone. Mais pour l’heure, le gros poisson c’est le Chinois HNA. Comme Fosum qui a avalé le Club Med, HNA c’est du lourd.

Bien présent dans le transport aérien en Chine, il possède déjà  50% du français Aigle Azur. Il est aussi le numéro un mondial des services aéroportuaires avec Swissport, qu’il vient d’acheter près de 3 milliard de dollars. Il a aussi de l’hôtellerie et de la finance. Ce conglomérat pourrait donc offrir beaucoup plus que les 30 millions d'euros que proposerait l’opérateur Promovacances. Ce qui, en termes de pérennité et d’emploi, serait un vrai joker pour l'entreprise toulousaine.

Le bloc-notes

À lire aussi

L'EPR de Flamanville a tout du naufrage industriel. Selon Le Figaro, nouveau retard, nouveau surcoûts. La facture frise les 11 milliards de dollars, soit trois fois le devis.

La note du jour

16/20 à Inneovox. C’est une jeune entreprise qui réussit, avec des brevets du CNRS, à neutraliser à froid l’amiante. On sait que ce  matériau hautement cancérigène est responsable de millions de morts. Son process est peu coûteux, et sa mise en œuvre simple et sécurisée. Cette PME a un marché mondial devant elle.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/