1. Accueil
  2. "Monuments Men" : "Détruire des oeuvres d'art, c'est détruire l'histoire", dit George Clooney
3 min de lecture

"Monuments Men" : "Détruire des oeuvres d'art, c'est détruire l'histoire", dit George Clooney

WEB SÉRIE (1/12) - Avec "Monuments Men", sorti en France le 12 mars 2014, George Clooney aborde le problème du vol d'art par les nazis au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

Clémence Michallon

Pour son cinquième film en tant que réalisateur, George Clooney retrace le parcours des Monuments Men. Une brigade d’architectes, de conservateurs, d’experts ou encore de galeristes recrutés en pleine Seconde Guerre mondiale afin de récupérer des œuvres d’art dérobées par les nazis. L’intrigue s’inspire de faits réels, racontés en 2009 par l’auteur américain Robert Edsel dans un livre lui aussi intitulé Monuments Men.

Protéger le patrimoine culturel

Les Monuments Men n’étaient pas soldats, mais ils ont risqué leur vie pour sauver des œuvres d’art et les restituer à leurs propriétaires. “C’est la première fois qu’une telle chose était faite en temps de guerre, explique George Clooney au micro de RTL. C’est la première fois que le butin a été rendu. Ça a établi un précédent formidable. Je crois qu’on a tous oublié ça en cours de route. On aurait dû protéger les musées d’Irak. Tout un pan de son histoire et de celle du monde a été perdue.”

Dans le film, les Monuments Men se heurtent à l’incompréhension des soldats, pour qui l’art n’est pas une cause digne de risquer sa vie. “S’il y avait l’un de vos proches et un tableau l’un à côté de l’autre, la vie de votre proche l’emporterait évidemment, reconnaît George Clooney. Mais si l’on détruit ces œuvres d’art, on détruit toute votre histoire. C’est comme si vous n'existiez plus, comme si vous étiez effacé. Je crois que ça vaut la peine de se battre et de mourir pour ça.”

La valeur de l'art en question

L’acteur et réalisateur a dû améliorer sa connaissance du monde pictural pour les besoins du film. “J’ai été élevé dans le Kentucky, où on n’étudie pas vraiment l’art, rappelle-t-il. J’aime ça, évidemment, mais je ne suis pas un expert.” Pour George Clooney, la valeur d’une peinture est une notion toute personnelle.

À écouter aussi

“J’ai un tableau chez moi, qui n’était pas particulièrement cher. Un décorateur est venu, et il m’a même dit que je devrais m’en débarrasser, confie-t-il. Mais je l’ai acheté la première fois que je suis venu à Paris, dans la rue. Ça a du sens pour moi. Je crois qu’on ne peut pas dire quelle est la plus grande œuvre d’art. Elle doit avoir une résonance personnelle. Par exemple, je ne pourrais pas vivre dans un monde sans Citizen Kane.”

Jean Dujardin au casting

George Clooney apprécie l’ambiance de “camaraderie” propre à certains tournages. Pour Monuments Men, il a regroupé son collègue et ami Matt Damon, l’actrice australienne Cate Blanchett, Bill Murray, ou encore Jean Dujardin. Ce dernier incarne le lieutenant français Jean-Claude Clermont. Il a rencontré George Clooney lors de la course aux Oscars en 2012, peu de temps avant d’être sacré meilleur acteur pour son rôle dans The Artist.

“Je lui ai dit que s’il apprenait à parler anglais, il gagnerait un prix. J’aurais dû me taire, plaisante George Clooney. Il faut participer à tellement d’émissions télévisées pendant la saison des récompenses. Quand on ne parle pas anglais, c’est difficile. Mais il a été génial. Nous sommes devenus amis à ce moment là.”

En Europe pour le tournage

Nick Clooney, le père de George, fait également partie de l’équipe de Monuments Men. Il incarne le même personnage que son fils, le lieutenant Frank Stokes, vieilli de quelques années, plusieurs décennies après le déroulement de l’intrigue principale du film. “C’était une façon de rendre hommage à mon père. C’était l’acteur le plus difficile à diriger. Le fils ne peut pas dire au père ce qu’il doit faire, raconte George Clooney. Il était dans l’armée en en 1952, et il n’était pas retourné en Allemagne depuis. C’était un honneur de l’avoir avec moi là-bas, pour le tournage.”

Le tournage de Monuments Men s’est principalement effectué entre l’Allemagne et le Royaume-Uni. “Ce que j’essaie de faire, en tant que réalisateur et producteur, c’est de raconter des histoires qui ne sont pas forcément très faciles à monter dans un studio hollywoodien, explique-t-il encore. Car de toute façon, ces films seront faits, par d’autres ou par moi. J’ai envie de faire des films qui me plaisent en tant que spectateur, des films que j’irais voir. Quand j’aurai 80 ans et qu’on fera des actions de charité en mon honneur pendant que je serai dans un fauteuil roulant, je veux qu’on dise plutôt que j’ai fait des films dont je suis fier.”

À regarder

George Clooney évoque le problème du vol d'art par les nazis dans "Monuments Men", en salles le 12 mars 2014.
00:20:20
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/