2 min de lecture Info

Santé : des pistes pour limiter la consommation de médicaments

De nombreuses pistes peuvent permettre de réduire la consommation de médicaments en France, selon un rapport.

Photo d'illustration de médicaments, prise à Paris le 19 décembre. (archives)
Photo d'illustration de médicaments, prise à Paris le 19 décembre. (archives) Crédit : JOEL SAGET / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Améliorer les prescriptions, développer les conseils des pharmaciens, informer les patients : pour limiter la consommation de médicaments encore trop élevée en France, le commissariat général à la stratégie et à la prospective examine différentes pistes, dans une note publiée mercredi 5 mars.

La France grande consommatrice de médicaments

La France demeure l'un des premiers consommateurs européens de médicaments, malgré une tendance à la baisse observée en 2012, explique ce service qui dépend du Premier ministre. Pour remédier à cette situation aux conséquences "néfastes sur la santé des populations", il suggère de "repenser l'ensemble du circuit du médicament", en s'appuyant sur les expériences d'autres pays.

En premier lieu, il s'agit de "prescrire autrement": en France, la prescription d'un médicament est étroitement liée à la consultation médicale, note-t-il. De plus, l'offre de médicaments est "abondante" alors que les connaissances des médecins sont "mal adaptées aux besoins et souvent jugées insuffisantes". Les auteurs de cette note plaident donc pour que des outils "réduisant le choix possible" de médicaments soient mis à la disposition des praticiens, par exemple une liste de référence comme en Suède.

Davantage d'informations

Ils suggèrent également de "systématiser" les groupes d'échanges sur les pratiques de prescription, associant les pharmaciens. De plus, l'ordonnance "gagnerait à être utilisée autrement, notamment pour prescrire des modes de prises en charge non médicamenteuses", concernant par exemple l'hygiène de vie, comme aux Pays-Bas.

À lire aussi
Micro générique reportage
Vous êtes comme ça du 18 septembre 2020

Par ailleurs, pour éviter les mauvaises pratiques liées à l'automédication, les usagers doivent être "davantage et mieux informés". Ainsi, l'emballage du médicament pourrait être "plus lisible" et la notice "simplifiée". Le commissariat plaide également pour la dispensation à l'unité des médicaments, qui doit être expérimentée cette année.

Enfin, la mission de conseil des pharmaciens doit être "développée", comme les nouvelles formes de rémunération mises en place en 2013 le prévoient. Le pharmacien pourrait ainsi "informer systématiquement" l'usager sur la posologie, les effets secondaires, etc. Il pourrait également s'occuper de la préparation de doses individuelles à administrer, une mission qui pourrait "gagner en importance" avec le vieillissement de la population. "Cela suppose de faire évoluer considérablement leur mode de rémunération", selon le commissariat général.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants