1 min de lecture Emploi

Whirlpool : une des offres de reprise propose de garder 200 des 286 salariés

Un industriel d'Abbeville a proposé au groupe d'électroménager américain de reprendre le site afin d'y faire fabriquer des boîtes aux lettres connectées.

Le site Whirlpool d'Amiens, théâtre de la visite des deux finalistes de la présidentielle le 26 avril 2017
Le site Whirlpool d'Amiens, théâtre de la visite des deux finalistes de la présidentielle le 26 avril 2017 Crédit : AFP / Éric Feferberg
Clarisse Martin
Clarisse Martin
Journaliste

L'usine d'Amiens avait été un point brûlant de la campagne présidentielle, notamment de l'entre-deux-tours. Durant ces deux semaines-là, les deux finalistes du scrutin, Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'étaient rendus le même jour sur le site de Picardie, promis à la fermeture en juin 2018. Le groupe d'électroménager américain avait annoncé en janvier 2017 qu'il comptait délocaliser la production de l'usine de sèche-linge en Pologne.

Une quinzaine d'offres de reprise auraient été déposées. Et l'une d'entre elles pourrait s'avérer rassurante pour les actuels salariés, rapporte France Bleu Picardie. Un industriel d'Abbeville (Somme) se porterait candidat à la reprise du site de Whirlpool. Président du Medef de la Somme, Nicolas Decayeux a déposé une offre de reprise auprès de la direction du groupe américain. Sa société, une entreprise familiale, est leader en Europe dans la fabrication de boîtes aux lettres, raconte la radio. L'offre de reprise consisterait à fabriquer des boîtes aux lettres connectées sur le site de Whirlpool. 200 des 286 salariés menacés de licenciement seraient alors épargnés.

Whirlpool avait été un dossier délicat pendant la campagne présidentielle. À l'image de Florange en 2012, le site d'Amiens a été l'un des enjeux de l'entre-deux-tours. Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'y étaient affrontés. L'actuel président de la République avait alors taclé son adversaire : "Pendant que vous faisiez votre numéro avec les caméras, j'étais avec l'intersyndicale. Ils ont bien compris que vous ne proposiez rien. Je vais me battre pour la reprise du site industriel. C'est un vrai combat. (...) Jamais je n'ai fait ce que vous avez fait : aller profiter de la détresse des gens". Stéphane Decayeux, le frère du potentiel repreneur, est par ailleurs candidat aux législatives dans la circonscription attenante à l'usine. Il est soutenu par Les Républicains.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Économie Picardie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants