1 min de lecture Économie

Volailler Doux : "Nous n'avons pas été entendus", déplore une syndicaliste

INVITÉE RTL - Nadine Hourmant, déléguée syndicale FO, se dit favorable à la reprise de Doux par Loué mais déplore une intervention tardive du gouvernement.

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Volailler Doux : "Nous n'avons pas été entendus", déplore une syndicaliste Crédit Image : AFP | Crédit Média : Julien Sellier | Durée : | Date : La page de l'émission
Julien Sellier
Julien Sellier Journaliste RTL

C'est un acteur important de l'industrie alimentaire française aujourd'hui en danger. Le volailler Doux perd 35 millions d'euros par an, et doit se tourner désormais vers des repreneurs afin que l'entreprise et les emplois soient préservés. Un dossier important pour le gouvernement et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travers, qui semble pencher pour une reprise de Doux par Loué, autre géant de la volaille, basé dans la Sarthe.

Dans une offre globale, avec des partenaires, Loué propose de reprendre 900 des 1.200 emplois de l'entreprise. L'autre repreneur, l'ukrainien MHP, propose de ne garder que 715 postes, et en deux temps. "Il n'y a pas photo", confirme à RTL Nadine Hourmant, représentante syndicale Force ouvrière (FO).

Dans un dossier complexe, qui implique une autre entreprise et le premier client de Doux, en Arabie Saoudite, la représentante syndicale prône la prudence. En effet, les syndicats resteront attentifs aux formations proposées pour les salariés non maintenus, mais auxquels sont promis des reclassements.

À lire aussi
Une boutique parisienne propose des rabais à l'occasion du Black Friday. consommation
Black Friday : quelles enseignes participent à l'opération en 2018 ?

Près de 3.500 emplois impactés

Les offres de Loué et de MHP seront déposées auprès du tribunal de commerce de Rennes, qui devrait se prononcer rapidement dans une procédure accélérée. Si l'implication du gouvernement actuel est satisfaisante, Nadine Hourmant regrette que les autorités n'aient pas agi plus tôt. "J'aurais aimé l'intervention du gouvernement depuis quelques années déjà. Nous avons connu en 2012 le dépôt de bilan", rappelle-t-elle.

"Nous avons dit chez FO qu'il fallait partir à la conquête de cette filière, nous n'avons pas été entendus", confie-t-elle. Nadine Hourmant indique ainsi que 40% de l'activité du port de Brest est due à Doux. Le volailler génère près de 3.500 emplois directs et indirects. De plus, Nadine Hourmant indique que "Doux est la marque numéro un au Moyent-Orient". Pour cela, elle demande des investissements pour consolider la place de l'entreprise. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Alimentation Agriculture
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792832768
Volailler Doux : "Nous n'avons pas été entendus", déplore une syndicaliste
Volailler Doux : "Nous n'avons pas été entendus", déplore une syndicaliste
INVITÉE RTL - Nadine Hourmant, déléguée syndicale FO, se dit favorable à la reprise de Doux par Loué mais déplore une intervention tardive du gouvernement.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/volailler-doux-nous-n-avons-pas-ete-entendus-deplore-une-syndicaliste-7792832768
2018-03-30 07:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/uC4z-AL4L86FzRRAIS0ocg/330v220-2/online/image/2015/0119/7776259384_photographie-realisee-le-10-juillet-2008-a-chateaulin-du-siege-du-groupe-volailler-doux.jpg