1 min de lecture Police

Viol présumé au 36 quai des Orfèvres : les portables des policiers les accablent

Les analyses des téléphones des policiers mis en cause prouvent que SMS, photos et vidéos ont été échangés la nuit des faits avant d'être effacés le lendemain.

Le siège de la police judiciaire, au 36 quai des Orfèvres, à Paris
Le siège de la police judiciaire, au 36 quai des Orfèvres, à Paris
Marion Dubreuil
Marion Dubreuil
Journaliste RTL

L'enquête sur le viol présumé d'une Canadienne par des policiers au 36 quai des Orfèvres dans la nuit du 22 au 23 avril dernier avance. Les téléphones des trois policiers mis en cause apportent de nouvelles preuves.

Les trois suspects - deux mis en examen et un troisième placé sous le statut de témoin assisté - auraient échangé des SMS la nuit des faits, pire ils auraient pris des photos et tourné des vidéos avant de les effacer consciencieusement le lendemain. Les enquêteurs seraient parvenus à récupérer ces informations qui seraient accablantes selon Europe 1.

Les traces ADN de deux policiers retrouvées

Cette nuit du 22 au 23 avril dernier, l'un des policiers est déjà en compagnie de la jeune femme - rencontrée plus tôt dans la soirée dans un bar - dans les bureaux de la BRI quand il envoie un texto à l'un de ses collègues :  "C'est une partouzeuse, dépêche !"

C'est une partouzeuse, dépêche !

Un SMS échangé entre deux suspects la nuit des faits
Partager la citation

Le destinataire du message serait arrivé dans les locaux du 36 quai des Orfèvres quelques minutes plus tard. Et selon les données de son portable, il aurait commencé à filmer. Une vidéo qui a depuis disparu de son téléphone. Pour justifier cette disparition, l'homme évoque une fausse manipulation.

À lire aussi
La préfecture de police de Paris dans le IVe arrondissement terrorisme
Les infos de 12h30 - Terrorisme : deux policiers, suspectés de radicalisation, ont été désarmés

D'autres vidéos et des photos auraient elles aussi été retrouvées par les enquêteurs ce qui vient corroborer la version des faits de la jeune femme qui lors de son témoignage avait évoqué le bruit d'un déclencheur

Enfin, les traces ADN de deux policiers ont été retrouvées sur les sous-vêtements de la jeune canadienne. La plaignante est depuis rentrée au Canada et selon son avocat elle serait retournée vivre chez ses parents. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Portable Viol
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants