1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. VIDÉO - Recyclage chez Arcelormittal : "On balance de l'acide en pleine nature"
2 min de lecture

VIDÉO - Recyclage chez Arcelormittal : "On balance de l'acide en pleine nature"

Un ancien employé d'Arcelormittal à Florange affirme que l'entreprise porte gravement atteinte à l'environnement.

Amélie James

Vidéo à l'appui, un ex-chauffeur de camion, sous-traitant de l'entreprise ArcelorMittal Florange, accuse le géant mondial de l'acier de déverser ses déchets dangereux pour l'environnement dans un crassier de l'usine, plutôt que de les recycler.

Au micro de France Bleu Lorraine, l'homme explique comment il a du déverser 24m3 d'acide par jour "en pleine nature", "à quelques kms des habitations". Sous couvert d'anonymat, il affirme avoir épandu ce produit toxique dans un crassier de l'usine sidérurgique de Florange. Et ce tous les jours pendant trois mois.

L'ancien employé atteste que les salariés d'Arcelormittal étaient parfaitement conscients de cette pratique puisque ce sont eux qui lui donnaient accès au site. 

Des substances très toxiques

"Je transportais l'acide usagé. Normalement je devais le ramener dans un centre de recyclage à Maloncourt. Mais on me disait de charger l'acide et d'aller au crassier. [...] Les bons n'indiquaient pas que c'était de l'acide. Ils indiquaient seulement que c'était de la boue de fer ou de la boue d'épuration", souligne-t-il.

À écouter aussi

Des substances toxiques telles que de l'acide doivent en effet être recyclées dans des centres spécialisés. Une pratique de recyclage qui peut coûter cher en raison des kilomètres à effectuer par le transporteur chaque jour. 

Les rochers éclataient à cause de l'acidité du produit.

Un sous-traitant d'ArcelorMittal Florange

Conscient du risque environnement qu'engendre de telles pratiques, il explique s'être confié à un pompier du groupe Arcelormittal. Depuis, il semblerait qu'il ait été licencié pour "rupture de discrétion commerciale".

Si ces accusations sont confirmées, l'entreprise risque gros. La Dreal (Direction régionale de l'environnement) enquête désormais pour tenter de déterminer la traçabilité des déchets. 

ArcelorMittal conteste sa responsabilité

De son côté, le leader de l'industrie se défend en affirmant qu'il "n'y a aucun risque environnemental ou sanitaire pour les populations". "Il n’existe pas de rejet pouvant impacter les populations", indique la compagnie dans un communiqué, dans lequel le fabriquant se défend en ces termes : 

La Direction d’ArcelorMittal n’est en aucun cas à l’origine de prétendus déversements irréguliers sur la zone de stockage. Si ces faits étaient avérés, ils seraient le fait de personnes isolées au sein d’ArcelorMittal ou des entreprises sous-traitantes. ArcelorMittal envisage de déposer plainte.


-La zone de stockage de résidus du site ArcelorMittal de Florange (autrefois appelée « crassier ») est une Installation Classée pour la Protection de l’Environnement (ICPE), encadrée par arrêté préfectoral. La nature des résidus qui peuvent y être déposés et leurs conditions de stockage sont strictement définies par les textes. ArcelorMittal veille au respect absolu de ces règles et contrôle rigoureusement cette zone. Cette zone est aussi contrôlée par les pouvoirs publics, qui mènent des inspections annuelles et peuvent procéder à des contrôles inopinés.
 
-Les articles publiés reposent sur deux témoignages individuels de personnes qui ont été employées par des sous-traitants d’ArcelorMittal Florange (dont le groupe Suez), et non sur des faits établis

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/