1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. VIDÉO - Fusillade à "Charlie Hebdo" : Mathieu Madénian : "J'ai écrit à Charb ce matin"
2 min de lecture

VIDÉO - Fusillade à "Charlie Hebdo" : Mathieu Madénian : "J'ai écrit à Charb ce matin"

VIDÉO - Chroniqueur pour l'hebdomadaire, l'humoriste aurait pu être dans les locaux du journal au moment de l'attaque.

Fusillade à "Charlie Hebdo" : Mathieu Madénian : "j'ai écrit à Charb ce matin" (capture d'écran)
Fusillade à "Charlie Hebdo" : Mathieu Madénian : "j'ai écrit à Charb ce matin" (capture d'écran)
Crédit : Canal Plus
Paul Guyonnet
Paul Guyonnet

À peine plus d'une heure après la sanglante fusillade du 11e arrondissement, et alors que les estimations du nombre de victimes se multiplient, Mathieu Madénian accepte de venir témoigner sur Canal Plus, dans La nouvelle édition. L'humoriste est chroniqueur pour Charlie Hebdo depuis quelques mois et peine à comprendre ce qui vient d'arriver. 

Je ne réalise même pas, c’est des potes et je ne sais pas qui est blessé, qui est mort”, explique-t-il, entre colère et abasourdissement. "Je visualise cette table où l'on se réunit et j’ai du mal à réaliser, j’attends qu’on me dise que c’est juste une blague."

"On se fait un resto ce weekend"

"Tous les mercredis, on se voit à 10 heures et on fait soi-disant un brainstorming de l'actu, c'est un moyen pour boire. Ce matin, j'ai envoyé un message à Charb à 9 heures pour lui dire : “Je ne viendrai pas parce que j'amènerai la galette des rois la semaine prochaine mais ne t'inquiète pas, on se fait un resto ce weekend”. 

Miné et en l'absence de nouvelles, Mathieu Madénian continue pourtant de mener le combat de l'hebdomadaire. "Il faut juste pas à avoir peur, il faut continuer, continuer à pointer la connerie", assène-t-il. "On est le seul journal en France sans pub, où on pouvait dire ce qu’on voulait. Cela prouvait qu’on était en démocratie !"

"Continuer à pointer la connerie"

À lire aussi

L'humoriste vante aussi les mérites de l'équipe de "Charlie", et de son membre le plus célèbre, Charb. "Il avait une espèce de fatwa sur lui. Il était toujours accompagné de deux gardes du corps, deux policiers, toute sa vie. Quand on allait au resto, il y avait deux mecs qui mangeaient à côté de nous et lui continuait à bosser.”

Une dernière tirade élogieuse, emplie de fierté, jusqu'au cri fatidique d'Ariel Wizman. "Oh putain !" Le chroniqueur montre son téléphone à Mathieu Madénian : un média annonce la mort de Charb et Cabu. L'humoriste est sous le choc, se lève, se rassied, se prend la tête entre les mains, muet.

À ses côtés, Franz Olivier-Giesbert soupire : "Le sort s’acharne contre le journal qui reflète le plus l’esprit français.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/