1 min de lecture Vente aux enchères

Vente aux enchères : une Ferrari vendue 14,2 millions d'euros

Acquise pour 14,2 millions d'euros hors frais ce vendredi, cette Ferrari 250 GT California Spider a appartenu à Alain Delon.

La Ferrari 250 GT California Spider de la collection Baillon au Salon Rétromobile, le 3 février 2015, à Paris.
La Ferrari 250 GT California Spider de la collection Baillon au Salon Rétromobile, le 3 février 2015, à Paris. Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Une Ferrari 250 GT California Spider datant de 1961, clou de la collection Baillon dispersée aux enchères à Paris, a été acquise pour 14,2 millions d'euros hors frais ce vendredi 6 février, soit au-dessus de l'estimation haute.

Ce véhicule, brièvement passé dans les mains d'Alain Delon au milieu des années 1960, était estimé entre 9,5 et 12 millions d'euros.

Cette vente, organisée par la maison Artcurial en marge du salon Rétromobile a généralement attiré des enchères bien supérieures aux estimations, parfois le triple ou le quadruple, même pour des véhicules dont les carrosseries étaient en très mauvais état.

"La découverte du siècle"

Ce n'était pas le cas de la Ferrari, qui contrairement à la plupart des voitures découvertes en 2014 dans une propriété de l'Ouest de la France, avait été préservée des éléments dans un garage fermé.

À lire aussi
La gourde dite de "Bianhu" estimée entre 1 et 2 millions d'euros sera mise aux enchères à Bourges samedi 7 mars 2020 vente aux enchères
Une gourde chinoise en porcelaine estimée entre 1 et 2 millions d'euros

Avant la Ferrari, sa voisine de garage, une Maserati A6G Grand Sport de 1956, avait été acquise 1,72 million d'euros, alors qu'elle était estimée sur le catalogue entre 800.000 et 1,2 million d'euros.

La collection des 60 voitures anciennes de Roger Baillon, le 26 novembre 2014, à Echires.
La collection des 60 voitures anciennes de Roger Baillon, le 26 novembre 2014, à Echires. Crédit : XAVIER LEOTY / AFP

Roger Baillon, un transporteur de Niort, avait accumulé des voitures souvent uniques et aux noms évocateurs : Bugatti, Talbot, Hispano-Suiza, Delahaye ou encore Delage. Mais pendant près de 50 ans cette collection de dizaines de véhicules était restée sous des hangars, plus ou moins étanches, où un revers de fortune l'avait réléguée.

La découverte du siècle, avait titré en septembre dernier un magazine américain spécialisé, à la vue de ces tôles rouillées, capotes arrachées et moteurs figés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vente aux enchères Ferrari Voitures anciennes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants