1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Une bien triste semaine pour les femmes en France", s'insurge Alexandra Szacka
1 min de lecture

"Une bien triste semaine pour les femmes en France", s'insurge Alexandra Szacka

REPLAY / BILLET - Si peu de femmes à la tête des départements et une loi contre la prostitution totalement détricotée : voilà de quoi mettre en colère la journaliste.

Alexandra Szacka
Alexandra Szacka
"Une bien triste semaine pour les femmes en France", s'insurge Alexandra Szacka
03:02
"Une bien triste semaine pour les femmes en France", s'insurge Alexandra Szacka
03:02
Alexandra Szacka

Quel est le dénominateur commun entre le troisième tour des élections départementales et un récent vote au Sénat ? Les femmes. "C'est une bien triste semaine pour les femmes en France", s'exclame Alexandra Szacka. Elle remarque qu'elles sont, "encore une fois, victimes collatérales des guéguerres gauche-droite et des vieux réflexes machistes".

Elle regrette que le Sénat, à majorité de droite depuis l'automne dernier, n'ait "rien trouvé de mieux à faire que détricoter le projet de loi sur la prostitution", adopté par l'Assemblée nationale fin 2013. Une loi qui criminalise les clients plutôt que les "travailleuses du sexe" ou le racolage.

La journaliste canadienne explique que de nombreux pays (Norvège, Irlande, Canada) tentent de faire disparaître la prostitution en criminalisant les clients. Elle constate que c'est en Suède que les résultats ont été les plus probants : "Le nombre de prostitués de rue a été divisé par deux".

Pour elle cependant, la criminalisation du racolage n'a fait qu’accroître la vulnérabilité des travailleuses du sexe. "Pour les sénateurs français, les coupables sont ces femmes, pas ceux qui les paient ou qui les exploitent", déplore-t-elle.

Peut-être préfèrent-elles le trottoir, tant qu'à y être !

Alexandra Szacka
À lire aussi

Autres perdantes de cette semaines : les élues départementales. "Traitez-moi de naïve, mais j'avais vraiment cru à cette parité dans les départements", lâche Alexandra Szacka. "Et voilà que les binômes ont accouché d'une souris", peste-t-elle en constatant que seuls 10% des exécutifs seront dirigés par des femmes.

"D'accord, dix c'est quatre de plus qu'aux dernières élections. Mais je crains que les départements ne soient, et pour longtemps, à l'image de tant d'administrations et d'entreprises". La journaliste estime qu'à ce rythme, il faudra attendre quarante ans pour arriver à la parité.

Certains pensent que c'est parce que les femmes ne sont pas vraiment intéressées à faire de la politique ? "Oui certainement ! Peut-être préfèrent-elles le trottoir, tant qu'à y être !", tonne Alexandra Szacka.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/