2 min de lecture Droit du travail

Un ex-salarié de Sephora demande réparation pour travail de nuit illicite

Un ancien salarié de Sephora demande devant le conseil de prud'hommes de Paris 10.000 euros de dommages et intérêts pour travail de nuit illicite.

Le magasin Sephora des Champs-Elysées, le 9 octobre 2013. (Archives)
Le magasin Sephora des Champs-Elysées, le 9 octobre 2013. (Archives) Crédit : AFP / LIONEL BONAVENTURE
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Un ancien salarié de Sephora, qui conteste son licenciement pour faute grave, a aussi demandé ce mardi devant le conseil de prud'hommes de Paris 10.000 euros de dommages et intérêts pour travail de nuit illicite, avec le soutien des syndicats CGT, FO, SUD et Unsa.
Le plaignant a travaillé de janvier 2011 jusqu'à son licenciement en septembre 2012 au magasin Sephora des Champs-Élysées, qui, à cette époque, était ouvert 7 jours sur 7 jusqu'à minuit, voire 1 heure du matin le week-end. Il travaillait lui-même "au moins deux fois par semaine après 21 heures", a expliqué à l'audience Laurent Degousée (SUD), qui représentait le salarié.

Le magasin des Champs-Elysées déjà épinglé

Depuis, la cour d'appel de Paris, en septembre 2013, puis la Cour de cassation, en septembre 2014, ont toutes deux interdit le travail de nuit dans ce magasin, estimant que le recours au travail nocturne n'était pas "inhérent à l'activité" du parfumeur. Sephora avait dû fermer à 21 heures son magasin amiral sous peine d'une astreinte de 80.000 euros par infraction et par salarié après la décision en appel.
Le parfumeur avait alors "spontanément indemnisé un certain nombre de ses salariés à hauteur de 10.000 euros", a indiqué M. Degousée, pour qui le plaignant est dès lors fondé à revendiquer le même niveau d'indemnisation "pour non-respect de la législation relative au travail de nuit".
"C'est un des rares salariés à dénoncer" le travail nocturne, a fait observer Me Gautier Le Sueur, intervenant pour les syndicats CGT, FO, SUD et Unsa du commerce. Sans en faire un "martyr du travail de nuit", il convient de reconnaître que Sephora "a violé les règles impératives" à cet égard, a-t-il ajouté.
Le jugement a été mis en délibéré au 27 mai.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droit du travail Sephora Prud'hommes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants