1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le TGV équivaut à 38% des dépenses, pour 2% des usagers
1 min de lecture

Le TGV équivaut à 38% des dépenses, pour 2% des usagers

REPLAY - Emmanuel Macron a annoncé qu'il entendait mettre la priorité sur "les transports du quotidien" plutôt que sur de nouveaux "grands projets".

La LGV Est-Européenne reliant Paris à Strasbourg
La LGV Est-Européenne reliant Paris à Strasbourg
Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP
Emmanuel Macron veut mettre la priorité sur "les transports du quotidien"
00:07:39
Transports : le TGV équivaut à 38% des dépenses, pour 2% des usagers
00:07:43
Yves Calvi & Claire Gaveau

Entre les transports du quotidien et les TGV, Emmanuel Macron veut trancher. Le président de la République a annoncé samedi 1er juillet, lors de l'inauguration de la nouvelle ligne Paris-Rennes, qu'il entendait mettre la priorité sur "les transports du quotidien". "Le combat que je souhaite engager pour les années à venir, c'est celui des transports du quotidien, c'est celui de l'ensemble des mobilités prioritaires à mes yeux", a-t-il dit, ajoutant qu'il n'entendait pas "relancer de grands projets nouveaux".

Une sortie qui énerve particulièrement Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique, social et environnemental de la région Occitanie. "Mais pourquoi opposerait-on le TGV au train du quotidien ? On demande au Président de respecter ses engagements. Je ne suis pas inquiet, ce sont des décisions déjà prises et on a déjà réglé le montage financier le plus pertinent avec l'État", assure-t-il.

Un discours en tout point différent de celui tenu par Philippe Duron, ancien député du Calvados et auteur du rapport de la commission "Mobilité 21" en 2013. Un rapport qui préconise notamment de reporter la construction de plusieurs lignes LGV après 2030. "Le Président a fait un discours de lucidité et de courage. De lucidité, car on n'était pas en capacité de financer les projets qui ont été engagés par le passé. Et du courage également, car c'est difficile de dire aux élus, aux territoires qu'on n'a pas les moyens de faire cela", détaille-t-il.

Selon lui, le principal est de "penser au plus grand nombre". Pour cela, Philippe Duron s'appuie sur quelques chiffres : "Le TGV, c'est 38% des dépenses d'investissements depuis 25 ans, pour seulement 2% des usagers". 

Sondage
Faut-il construire de nouvelles lignes à grande vitesse ?*
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.