2 min de lecture Revue de presse

Thomas Piketty défend la Grèce face à l'Allemagne

REPLAY - "L'Allemagne est le pays qui n'a jamais remboursé ses dettes" a lancé l'économiste dans le journal "Die Zeit".

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Thomas Piketty défend la Grèce face à l'Allemagne Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Il est Français, il est l'un des économistes les plus influents au monde et dans le journal allemand Die Zeit, il plaide pour une restructuration de la dette grecque afin de sortir Athènes d'une situation intenable mais surtout injuste. Thomas Piketty dresse un parallèle entre la situation actuelle de la Grèce et celle de l'Allemagne il y a 60 ans : l'Allemagne dit il est vraiment "le meilleur exemple d'un pays qui, au cours de l'histoire, n'a jamais remboursé sa dette extérieure, ni après la Première, ni après la Seconde Guerre mondiale". Il insiste un peu plus loin, en lançant : "L'Allemagne est le pays qui n'a jamais remboursé ses dettes."

L'Europe a été fondée sur le pardon de la dette et l'investissement dans le futur

Thomas Piketty, dans "Die Zeit"
Partager la citation

A l'affirmation "Donc vous nous expliquez que le miracle économique allemand était basé sur la même sorte d'aide que nous refusons à la Grèce aujourd'hui?", Piketty répond: "Exactement. Nous ne pouvons demander à ce que les nouvelles générations payent pour les erreurs de leurs parents". L'Europe a été fondée sur le pardon de la dette et l'investissement dans le futur. Pas sur l'idée d'une pénitence infinie. Nous devons nous souvenir de cela.»

Une autre dette de 157 milliards

Une dette différent surpasse de loin l'ardoise grecque. Une dette allemande, actuelle, qui s'élève à 157 milliards d'euros, et qui correspond au coût économique des dégâts sanitaires dus aux pollutions chimiques dans l'Union européenne. 157 milliards par an, de frais de santé et de prise en charge de certains troubles, en 10 ans. Ce chiffre a été établi par une équipe d'une vingtaine de chercheurs internationaux, qui le considèrent comme "les externalités négatives", c'est a dire l’impact sanitaire des polluants chimiques. Et sur ces 157 milliards annuels,  une grande part incombe à l'Allemagne, avec ses géants du secteur comme Bayer et BASF.

La Grèce divise

Les unes des journaux ce matin sonnent pour la plupart comme des avertissements à l'égard de la Grèce. Le Monde après le non grec titre "l'Europe Inflexible". Le Figaro parle d'une "Europe prête à sortir la Grèce de l'euro" avec un édito de Philippe Gélie intitulé " En finir, vite!". L'opinion "Et si l'Europe osait le grexit" avec un édito de Nicolas Beytout intitulé "Les Grecs vont enfin comprendre".

À lire aussi
Vue d'artiste de la mission Artemis à la surface de la Lune en 2024 lune
Danemark : deux architectes se préparent à la vie sur la Lune ou Mars

D'autres journaux laissent eux la porte entre-ouverte. Pour Les Échos, il y a "une ultime chance avant la sortie de l'Euro". Libération évoque "L'Eurodyssée", et affirme que quand un boulet vous entraîne vers le fond, il faut s'en délester. En une du Parisien, un sondage qui dit tout et son contraire : les Français disent non à l'austérité mais pour la première fois ils sont une majorité a être favorables à une sortie de la Grècede la zone euro...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Revue de presse La revue de presse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants