1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Tanguy Pastureau : l'Éducation nationale est devenue folle
1 min de lecture

Tanguy Pastureau : l'Éducation nationale est devenue folle

REPLAY - Les profs de sport ont cette semaine écrit une lettre à David Pujadas qui s'est moqué des termes employés dans les nouveaux programmes scolaires. Ainsi, on ne dit plus "nager", mais "traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongé de la tête". Soutien à Pujadas : l'école est devenue dingue.

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Crédit : RTL
Tanguy Pastureau : l'Éducation nationale est devenue folle
03:06
Tanguy Pastureau : la France est heureuse mais pas trop
03:03
Tanguy Pastureau : la France est heureuse mais pas trop
03:08

Les profs de sport sont énervés, et ils sont dangereux, car ils disposent de javelots : si jamais ils se révoltent, ça peut faire comme en 1789, quand les sans-culottes, les ancêtres de Clara Morgane, avaient mis les têtes des nobles au bout d’une pique, les nobles c’étaient les saucisses cocktail de l’époque.
 
Le SNEP, le syndicat des profs de sport, a même écrit une lettre ouverte à David Pujadas, le petit d’homme aux cheveux rêches comme les poils d’une fouine. Un reportage de la 2 les a mis en furie, depuis ils déchirent des tapis en mousse avec les dents, reportage qui moquait le jargon imbitable des nouveaux programmes scolaires.
 
Les types qui les ont rédigés ont fumé l’afghane qu’un copain prof de philo a retrouvée de son voyage à Kaboul en 72.
 
Exemple, la piscine, ce lieu qui transforme un canon, Florent Manaudou, en pouilleux à verrues plantaires, n’est plus appelée "piscine", mais "milieu aquatique profond et standardisé". L’élève ne nage pas, d’après le programme, il "traverse l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongé de la tête", c’est devenu tellement complexe que quand un gars fait la planche, on vous donne les dimensions de la planche.
 
On ne dit plus courir, mais "prendre de la vitesse", donc si on prend de la vitesse au bord du milieu aquatique profond et standardisé, on ne se pète pas la figure, non on chute à la verticale par immersion prolongé de la tête dans le carrelage.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/