1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. À Roissy, les bonbons de la police aux frontières ne plaisent pas à tout le monde
1 min de lecture

À Roissy, les bonbons de la police aux frontières ne plaisent pas à tout le monde

L'initiative de la police des frontières pour améliorer l'image de l'aéroport Charles-de-Gaulles n'a pas séduit l'ensemble des agents qui estiment qu'ils ne sont pas là "pour envoyer les enfants chez le dentiste".

L'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, le 15 septembre 2009 (Illustration).
L'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, le 15 septembre 2009 (Illustration).
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Tout le monde à l'aéroport de Roissy n'aime pas les bonbons. Alors qu'une note de service les invitait à distribuer des friandises aux enfants, notamment les week-ends de grande affluence, afin d'améliorer l'accueil, certains agents de la police aux frontières (APF) s'y sont montrés franchement hostiles.

Datée du 16 juillet et révélée par Europe 1 et l'hebdomadaire Marianne, cette note incitait les agents à distribuer "leur appréciation" un bonbon afin que "le bonheur d’un enfant se communique à son entourage". Les friandises "ont vocation à être savourées à titre principal par les passagers et non les policiers qui se voient toutefois autoriser à en profiter sporadiquement hors la vue du public", précisait même la note.

"Pas là pour envoyer les enfants chez le dentiste"

Mais les 300 kilos de bonbons commandés par Aéroport de Paris pour redorer leur image resteront dans leur panière. L'initiative n'en a effet pas plu à une partie des agents de la PAF. "On est pas là pour envoyer des enfants chez le dentiste, on a d'autres responsabilités", a expliqué Philippe Capon, membre du syndicat Unsa, qui a demandé le retrait de la note de service. Manque de temps et perte de crédibilité sont les principales raisons invoquées.

Pourtant "ça partait d'un bon sentiment, c'était dans l'idée de désamorcer l'irritation de certains et apporter une plus-value à l'accueil des passagers", a expliqué le syndicat de police Alliance. Toutefois "si un policier veut en distribuer, que grand bien lui fasse", a commenté un autre membre du syndicat.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/