1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Roissy-Charles-de-Gaulle : les curieuses saisies de la douane à l'aéroport
2 min de lecture

Roissy-Charles-de-Gaulle : les curieuses saisies de la douane à l'aéroport

REPORTAGE - Roissy-Charles-de-Gaulle est l’un des dix aéroports les plus fréquentés au monde. Mais sa douane est peut-être la première dans la saisine de curiosités.

Un contrôle de douane à l'aéroport de Roissy (illustration)
Un contrôle de douane à l'aéroport de Roissy (illustration)
Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Roissy-Charles-de-Gaulle : les curieuses saisines de la douane à l'aéroport
01:35
Paul Véronique

Sur le Terminal 2E de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, il n'est que 4h30. Pourtant, l’équipe de douaniers de Gilbert Beltran est déjà sur le pied de guerre. Les premiers longs courriers arrivent, les bagages défilent et se ressemblent, les questions des agents de la douane aussi : "Avez-vous de l’argent à déclarer ? Transportez-vous des périssables (denrées comestibles, ndlr) ?

C’est au tour de Maïmouna de se soumettre au contrôle. La Gabonaise vient régulièrement passer des vacances avec ses sœurs en Île-de-France. De son côté, Jean-Marc s’occupe de ses denrées comestibles. Soudain, le douanier sort une boîte emprisonnée dans du ruban adhésif. "Qu’y a-t-il dans cette boîte, madame ?", interroge l'agent. "Des chenilles", répond-elle, un peu embarrassée. De la chenille grillée mélangée avec des champignons. La figure de Jean-Marc se décompose un instant, puis il continue son contrôle.

C'est alors qu'un sourire illumine le visage de sa collègue. Elle vient de découvrir un stock important de crème à blanchir, bien caché au milieu des vêtements. "C’est un produit qu’on trouve très souvent dans les bagages de voyageurs en provenance d’Afrique (...) ce sont des produits très dangereux, qui contiennent souvent du mercure et du plomb", explique Gilbert Beltran.

On a trouvé un boa dans le caleçon d’une personne

Gilbert Beltran

Ce n’est pourtant pas la plus grosse surprise des douaniers. Les vacanciers qui reviennent avec des statuettes africaines, des cartouches de cigarettes, ou des médicaments censés lutter contre les troubles de l'érection, c’est devenu monnaie courante à la douane de Roissy. En plus, les voyageurs se montrent de plus en plus inventifs quant au choix des souvenirs de vacances. "On a trouvé un bébé bonobo dans le sac à main d’un couple d’Ukrainiens qui arrivait du Congo", témoigne Gilbert Beltran. Il ajoute : "On a aussi découvert un Boa dans le caleçon d’une personne, l’animal bougeait dans son pantalon, un agent l’a remarqué... Quelquefois, on a ce qu’on appelle de la viande de brousse (des morceaux d’antilopes, ou de porc-épic ndlr), et récemment, nous avons attrapé quelqu’un avec des tortues sous les aisselles", continue le responsable des douanes.

Il y a une vraie géographie de la fraude

Gilbert Beltran
À lire aussi

Trois ans de service ont suffi à Gilbert Beltran pour établir, "une vraie géographie de la fraude". Le douanier explique par exemple que les voyageurs qui reviennent d'Europe centrale ou des pays du Golfe, ramènent souvent des cigarettes, en raison de leur bas coût. Ceux en provenance d’Afrique sont les champions de la nourriture. Pour l'Asie c'est plutôt de la contrefaçon, même si le phénomène est en baisse. Concernant l'Amérique du Nord, les globetrotteurs emportent avec eux beaucoup d’articles de sport, mais aussi des appareils électroniques. Gilbert Beltran en profite d’ailleurs pour rappeler aux vacanciers que le montant des appareils électroniques qu’ils ramènent en France ne doit pas dépasser 450 euros, seuil au-delà duquel ils s’exposent à la saisie des appareils, ou au paiement d'une amende.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/