1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Réfugiés : les évêques constatent "l'engagement de nombreux chrétiens"
1 min de lecture

Réfugiés : les évêques constatent "l'engagement de nombreux chrétiens"

REPLAY - INVITÉ RTL - Monseigneur Ribadeau Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques de France, a évoqué la crise des réfugiés venus de Syrie.

Une manifestation de soutien à l'accueil des réfugiés
Une manifestation de soutien à l'accueil des réfugiés
Crédit : VALERY HACHE / AFP
Réfugiés : les évêques constatent "l'engagement de nombreux chrétiens"
05:32
Réfugiés : les évêques constatent "l'engagement de nombreux chrétiens"
05:37
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani

Monseigneur Ribadeau Dumas, secrétaire général et porte-parole de la Conférence des évêques de France, a réagi sur RTL à l'afflux de réfugiés venus essentiellement de Syrie, et à l'appel du pape François à les accueillir en Europe. "Les retours sont très positifs", a-t-il confié. "Je suis témoin de l'enthousiasme et de l'engagement de nombreux chrétiens dans différents diocèses", a indiqué l’évêque. Concernant certains appels à n'accueillir que des réfugiés chrétiens, il a été ferme : "c'est clairement non, nous l'avons très clairement dit". La France doit "accueillir tous ceux qui arrivent quelle que soit leur religion", a-t-il martelé. 

Nous avons encore des trésors de générosité

Monseigneur Ribadeau Dumas

Néanmoins, il reste que le problème des chrétiens d'Orient est toujours d'actualité, principalement en Irak. "Nous en avons recueilli relativement peu dans notre pays, il y a eu je crois 1650 visas qui ont été délivrés pour des Irakiens l'année dernière, c'est peu, c'est trop peu", estime Monseigneur Ribadeau Dumas. Il indique qu'"il y en a encore beaucoup qui attendent et qui ont fait des demandes sur place là-bas". Pour la plupart ils ont fui Mossoul pour se réfugier à Erbil en attendant d'atteindre l'Europe. 

Monseigneur Ribadeau Dumas pense que la France doit encore accueillir des réfugiés. "Je pense que nous avons encore des trésors de générosité", assure-t-il. Et si  "le cas de l'Allemagne est assez particulier", car "ils ont besoin de main d'oeuvre", il est important "que nous ayons conscience que nous avons une responsabilité". Enfin, le porte-parole de la Conférence des évêques de France conclut en en estimant que dans ce domaine "ce n'est pas parce que nous ne pouvons pas tout faire que nous n'avons rien à faire". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/