1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Réforme des retraites : les locaux de BlackRock à Paris envahis par des cheminots
1 min de lecture

Réforme des retraites : les locaux de BlackRock à Paris envahis par des cheminots

Mardi 7 janvier à la mi-journée, des cheminots ont envahi le siège de BlackRock situé à Paris. Considéré comme le plus gros gestionnaire d'actifs indépendant au monde, le groupe est devenu un symbole pour ceux qui rejettent la retraite par capitalisation.

Les manifestants avant d'entrer dans les locaux de BlackRock à Paris
Les manifestants avant d'entrer dans les locaux de BlackRock à Paris
Crédit : Carole GUIRADO / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault

Aux alentours de 13h30, cheminots, enseignants et personnels hospitaliers ont envahis les locaux parisiens de la multinationale américaine spécialisée dans la gestion d'actifs. Le géant américain est considéré, par les activistes, comme un bénéficiaire de la réforme des retraites. 

Une action symbolique qui fait référence à la récente polémique suite à la promotion du patron de la branche française, Jean-François Cirelli, au rang d'officier de la Légion d'honneur. La firme américaine est depuis le symbole de la capitalisation que rejettent les grévistes. Les opposants à la réforme des retraites accusent BlackRock de vouloir influencer la réforme à son avantage. 

Bruno Le Maire s'est exprimé au sujet de cette polémique : "Je rappelle que BlackRock est un gestionnaire d'actifs. Donc BlackRock ne s'occupe pas des pensions de retraite, donc on est en train de mélanger des choses qui n'ont absolument rien à voir" a réagi le ministre de l'Économie vendredi 3 janvier. 

Dispersés par les gendarmes

Ils étaient environ 200 à brandir torches lumineuses et drapeaux dans le luxueux hall de l'immeuble situé dans le IIe arrondissement de la capitale. Arborant pour certains des gilets et des drapeaux de syndicats, les militants, accompagnés de fumigènes, ont entonné des chants avec comme paroles "Et on ira jusqu'au retrait" ou encore "On est chez toi, BlackRock".

À lire aussi

Parmi les protestataires, étaient présents l'ex-candidat d'extrême gauche à la présidentielle Olivier Besancenot ainsi que le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues. 

Les manifestants ont été rapidement dispersés par les forces de l'ordre à l'aide de gaz lacrymogène. À la sortie, les gendarmes mobiles ont regroupé les manifestants et ont procédé à des contrôles d'identité. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/