1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Raphaël Liogier : ne pas confondre fondamentalistes et terroristes
2 min de lecture

Raphaël Liogier : ne pas confondre fondamentalistes et terroristes

REPLAY - Le jihadisme actuel n'a rien à voir avec celui des années 1990 ou 2000 et le gouvernement ne frappe pas au bon endroit, alerte le sociologue.

Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Crédit : Elodie Grégoire
Raphaël Liogier : ne pas confondre fondamentalistes et terroristes
00:06:36
Vincent Parizot & Christelle Rebière

Mohamed Abeslam, le frère de indique que ses frères n'ont jamais laissé apparaître une forme de radicalisation. Ni barbe, ni tenue vestimentaire particulière pour Brahim qui s'est fait exploser au Comptoir Voltaire et Salah, toujours pour sa participation aux attentats du 13 novembre. Depuis Mohamed Merah, le point commun des terroristes est "leur désir d'être des caïds" et pas leur rapport à l'islam, remarque Raphaël Liogier, auteur du livre Le Complexe de Suez, le vrai déclin français (Éditions du Bord de l'eau). 

Le gouvernement confond deux phénomènes distincts

Raphaël Liogier observe deux phénomènes à bien distinguer. D'un côté un nouveau fondamentalisme complètement dépolitisé, réactionnaire (au sujet des pratiques sexuelles, de la musique, de la tenue vestimentaire...) qui peut être contestable mais sans rapport avec la lutte armée. De l'autre les nouveaux terroristes qu'il surnomme les "ninja de l'islam" qui rejoignent le jihad parce qu'il a "une image anti-sociale". "Ensuite seulement, ils prennent une posture de fondamentaliste", note l'universitaire.

Ces nouveaux jihadistes "n'ont pas suivi de formation théologique de fond", ne parlent pas l'arabe et n'ont pas intensifié leurs pratiques religieuses. Ils ne font que passer dans les mosquées et ne sont pas attachés à un imam, observe-t-il. Donc selon lui le gouvernement se trompe de cible en concentrant les forces sur la surveillance des mosquées. "C'est facile parce que les barbes et le voile, c'est visible. Mais à l'évidence le résultat n'est pas probant", lance-t-il. Il dénonce même des mesures "irresponsables" qui "mettent en scène la guerre des identités, qui profitent à Daesh".

On ne peut pas tout observer sur internet

Raphaël Liogier

Il appelle à "une vraie réforme du renseignement" parce qu'on "ne peut pas tout observer sur internet". Il propose de mêler les études de psychiatres, anthropologues et spécialistes du religieux dans un "Observatoire national des identités", appelé "Pluridentité" pour réorienter le renseignement.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub