2 min de lecture Immigration

Raccompagner des clandestins aux frontières "n'est pas la priorité des priorités"

INVITÉ RTL - Benoît Barret, secrétaire national adjoint du syndicat de police Alliance, explique pourquoi les expulsions de clandestins ont baissé de 20%.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Raccompagner des clandestins aux frontières "n'est pas la priorité des priorités" Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot et Christelle Rebière

Les expulsions de clandestins ont chuté de près de 20% en l'espace de six mois, d'après les informations du Figaro. Le quotidien révèle ce vendredi 2 septembre que depuis janvier, 2.000 personnes de moins ont été reconduites à la frontière par rapport à l'année dernière à la même époque.

Pour Benoît Barret, secrétaire national adjoint du syndicat de police Alliance, cette baisse est due à plusieurs facteurs. Le premier d'entre eux est lié à la priorisation des missions. "Tout le monde sait pertinemment que nous sommes en plein état d'urgence, donc à partir d'un moment, les missions doivent être priorisées", et raccompagner des migrants à la frontière, "ce n'est pas la priorité des priorités (...) La priorité absolue c'est la lutte contre le terrorisme." Difficile donc de débaucher des agents déjà mobilisés sur d'autres missions pour raccompagner un clandestin à la frontière. D'autant que chaque procédure nécessite la présence de deux à trois policiers alors que les effectifs sont limités.

Des délais plus longs à cause des recours

Autre raison pour expliquer ce phénomène : la multiplication des recours. "Lorsque les recours sont plus, nombreux, ça allonge la durée de reconduite à la frontière", résume le représentant syndical. "L'année dernière les délais étaient les mêmes, sauf qu'il y avait moins de recours." Sans compter que les décisions peuvent aussi être cassées."

En attendant que les procédures aboutissent, les personnes qui n'ont pas été renvoyées sont dans différents CRA, les centres de rétention administratifs, dans toute la France. Le CRA de Coquelles est totalement complet, donc à chaque fois les collègues retransfèrent les migrants vers d'autres CRA et ça prend, de nouveau, des effectifs supplémentaires."

À lire aussi
Xavier Bertrand, lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI immigration
Quotas d'immigration : le gouvernement "nous prend pour des cons", selon Xavier Bertrand

Voilà pourquoi Benoît Barret réclame de nouveaux moyens humains : "Sur Calais, outre les annonces du ministre sur les 200 effectifs qui doivent arriver, nous on dit qu'au service général - on ne parle pas que de la Police aux frontières - il faut au minimum une arrivée de 30 à 40 personnes pour pouvoir soulager véritablement les fonctionnaires de police."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Migrants Réfugiés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants