2 min de lecture Économie

Quand des céréaliers de Haute-Marne délocalisent leur production en Ukraine

ÉDITION - Le journaliste François Lenglet présente ce jeudi 11 janvier au soir sur France 2 (en partenariat avec RTL) un documentaire intitulé "Mondialisation : péril dans nos assiettes". Il a découvert à cette occasion une étonnante histoire de blé.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Quand des céréaliers de Haute-Marne délocalisent leur production en Ukraine Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

De plus en plus, notre nourriture est mondialisée, voire produite à l'autre bout du monde, exactement comme les produits industriels. C'est le cas de la sauce tomate, par exemple, dont la production est désormais dominée par les Chinois, et en particulier l'armée chinoise.

Comme l'industrie, l'agriculture connaît maintenant aussi des délocalisations. Pour les céréales, en particulier. Nous avons rencontré, dans le cadre de l'émission L'Angle éco, quatre céréaliers français qui ont 600 hectares en Haute-Marne.

Ils se sont lancés dans la production de céréales en Ukraine. Ils ont désormais 10.000 hectares près de Dniepropetrovsk. Cela représente un carré de 10 kilomètres de côté (c'est gigantesque), qui est devenu peu à peu le centre de gravité de leur entreprise, alors que leur production française périclite.

À lire aussi
Le Livret A a été créé le 22 mai 1818 livret A
Livret A : pourquoi les Français l'aiment tant ?

Culture ultra-rentable

Pourquoi se sont-ils installés là-bas ? Il y a l'une des meilleures terres de culture du monde, une terre noire qu'on appelle "tchernoziom" (ce n'est pas radioactif !). Il y a d'immenses plaines cultivables, qui représentent 90% d'un pays plus grand que la France. 

En Ukraine, les coûts de production sont trois fois moins élevés qu'en France. Nos quatre amis ont investi deux millions d'euros dans de gigantesques machines. Rien à voir avec ce qu'on voit en France : ce sont des tracteurs monstres. Ils payent des salaires de 450 euros (c'est déjà bien plus que le salaire moyen local). Ils ont une quarantaine de salariés, qui sont intéressés aux bénéficies de la ferme.

Leur contrat prévoit qu'il faut payer l'enterrement des propriétaires des terres

François Lenglet
Partager la citation

Leur culture est ultra-rentable. Ils ont dégagé 2 millions de bénéfices l'année dernière, pour 8 millions de chiffre d'affaires. Au point que c'est aujourd'hui l'exploitation ukrainienne qui subventionne aujourd'hui celle de Haute-Marne. Ils font 17.000 tonnes de blé, 7.000 tonnes de tournesol et 5.000 de colza.

Très impliqués dans la vie locale

Ils ne possèdent les terres de leur exploitation ukrainienne. Ils les louent à quelque 2.200 propriétaires, pour un loyer total d'un million par an. Un million et quelques à côtés. Le contrat prévoit ainsi qu'il faut payer l'enterrement des propriétaires s'ils viennent à mourir.

Ils ont appris le russe, acheté une maison où tous les quatre se succèdent toute l'année par période de quinze jours pour surveiller le business, et se retrouvent tous ensemble au moins une fois l'an là-bas.

Ils n'ont pas mal été accueillis. Mais ils ont fait ce qu'il faut. Ce sont eux qui ont rénové l'église du village où ils se trouvent (40.000 euros pour les icônes et les popes). Ils ont construit le terrain de sport (30.000 euros). Et ils financent bon an, mal an quelque 80% du budget du village.

La France des céréales n'est plus compétitive

Nous avons découvert que la France des céréales n'est plus compétitive. Notre pays, qui était le deuxième exportateur mondial agricole naguère, s'est fait dépasser par le Brésil (passe encore), mais aussi par l'Allemagne, et même par les Pays-Bas, dont l'agriculture exporte davantage que la nôtre désormais.

D'ailleurs, les enfants de nos quatre céréaliers comptent bien reprendre l'exploitation de leurs pères, mais plutôt celle d'Ukraine que celle de la Haute-Marne. "On achète bien les i-Phone en Chine, dit l'un d'eux, pourquoi pas le blé en Ukraine ?".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Alimentation Mondialisation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791783252
Quand des céréaliers de Haute-Marne délocalisent leur production en Ukraine
Quand des céréaliers de Haute-Marne délocalisent leur production en Ukraine
ÉDITION - Le journaliste François Lenglet présente ce jeudi 11 janvier au soir sur France 2 (en partenariat avec RTL) un documentaire intitulé "Mondialisation : péril dans nos assiettes". Il a découvert à cette occasion une étonnante histoire de blé.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/quand-des-cerealiers-de-haute-marne-delocalisent-leur-production-en-ukraine-7791783252
2018-01-11 10:06:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/F_VUs4Kglp0TcEhKCUm3hA/330v220-2/online/image/2014/0423/7771375198_francois-lenglet.jpg