1 min de lecture Prostitution

Prostitution : il y 70 ans, la loi Marthe Richard a fermé les maisons closes

REPLAY - Cette loi du 13 avril 1946 avait pour objectif de tuer l'industrie de la débauche. Une décision qui a profondément perturbé les habitudes des Français.

Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
Prostitution : il y 70 ans, la loi Marthe Richard a fermé les maisons closes Crédit Image : Capture d'écran / YouTube | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard Journaliste RTL

C'était il y a 70 ans, jour pour jour, la fermeture des maisons closes en France. Le 13 avril 1946, la loi Marthe Richard impose la fermeture des bordels dans tout le pays. Elle veut lutter contre l'industrie de la prostitution qui entraîne, selon elle, la débauche. Une décision qui a profondément perturbé les habitudes des Français. Cet anniversaire vient d'ailleurs peu de temps après la promulgation du texte, punissant désormais les clients des prostituées

Cette date allait tout changer. À la fin de la guerre, la France compte encore 1.400 maisons, que l'on appelle pudiquement "les claques" et "les bordels". Paris en héberge 195 : "Aux Belles Poules", "Le Sphinx", le "One Two Two". Avec sa loi, Marthe Richard forcée à la prostitution dans sa jeunesse avant de mener une vie bourgeoise et d'être conseillère municipale de Paris, ne veut pas punir les filles de joie mais tuer l'industrie de la débauche

C'étaient des maisons magnifiques. On s'y serait plus là-dedans

Une témoin
Partager la citation

"Il y avait des maisons qui étaient très bien, comme le "One Two Two, le "Chabanais", raconte une dame dont les souvenirs ne sont pas si lointains. "C'étaient des maisons magnifiques. On s'y serait plu là-dedans", ajoute-t-elle. Malheureusement, ces lieux de fête et de plaisir ont rapidement été diabolisés avec des maisons, "ce qu'ils appelaient des maisons d'abattage"

Un qualificatif suffisant pour convaincre de l’esclavage de la femme. "Ils ne pouvaient pas continuer". 70 ans après avoir fermé les établissements de plaisir, Marthe Richard garde toujours le surnom dont l'avaient affublé les chansonniers, à la mort de son mari : la veuve qui clôt.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Prostitution Loi Anniversaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants