1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Prix du lait : les mesures de l'accord "certainement insuffisantes"
2 min de lecture

Prix du lait : les mesures de l'accord "certainement insuffisantes"

L'industrie laitière et des syndicats estiment que les mesures de l'accord sur le prix du lait seront "insuffisantes" car elles ne concernent pas tous les produits laitiers.

Manifestation des producteurs de lait à Lyon le 23 juillet 2015.
Manifestation des producteurs de lait à Lyon le 23 juillet 2015.
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

L'industrie laitière, ainsi que des syndicats agricoles minoritaires, soulignent la portée limitée de l'accord sur l'augmentation du prix du lait négocié vendredi entre les professionnels, car il ne couvre pas l'ensemble des produits laitiers.

Les industriels du lait estiment "impossible" de garantir un prix minimum d'achat, et soulignent que l'accord de vendredi "exclut une part importante des produits" laitiers, notamment ceux destinés à l'export. La Fédération nationale des industries laitières (Fnil) rappelle dans un communiqué que cet accord ne s'applique qu'aux marques distributeurs et premier prix, pour le beurre, la crème, le lait de consommation (briques ou bouteilles), les yaourts natures et l'emmental.

Les industriels s'engagent cependant "à ce que les hausses consenties par la grande distribution soient entièrement reversées aux producteurs laitiers". Il a été convenu au ministère que le lait ne pourra être payé moins de 340 euros les 1.000 litres aux éleveurs, soit une augmentation de 4 centimes par litre par rapport au niveau actuel.

Les mesures jugées "insuffisantes"

Comme elles ne couvrent pas l'ensemble des produits, "les mesures qui sont prises seront certainement insuffisantes", permettant au mieux un "maintien de prix", a déclaré Josian Palach, secrétaire national de la Confédération paysanne, à la sortie de la table ronde. Car par exemple, "moins de 40% du lait (produit en France, NDLR) passe par la  grande distribution", une partie étant exportée, a-t-il ajouté. Ce lait-là ne sera donc pas payé plus cher aux producteurs.

À écouter aussi

Il s'agit de la fixation d'un "prix politique, pour éteindre le feu mais ce n'est pas un bon accord", abonde Yannick Bodin, président de la section Manche de la Coordination rurale, en pointe dans le blocage du Mont-Saint-Michel cette semaine. L'éleveur, qui perd 3.000 euros par mois depuis le début de l'année, estime qu'au final l'accord ne permettra d'atteindre que "310-315 euros" les 1.000 litres si l'on prend en compte l'ensemble de la production laitière. Bien loin de son coût de revient de 370 euros de ce producteur.

Le syndicaliste lance par ailleurs un "ultimatum" aux distributeurs sur l'utilisation de lait importé, leur donnant jusqu'à lundi pour "enlever de leurs rayons le lait importé", faute de quoi il promet que son organisation s'en chargera et donnera le lait aux Restos du Coeur.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/