3 min de lecture Société

Prix du gaz, trêve hivernale, Airbnb... Ce qui change au 1er novembre

Les expulsions et les coupures d'énergie seront suspendues jusqu'au 31 mars 2017 avec l'entrée en vigueur de la trêve hivernale.

Une manifestation pour l'arrêt des expulsions a l'approche de la trêve hivernale à Paris le 26 octobre 2016.
Une manifestation pour l'arrêt des expulsions a l'approche de la trêve hivernale à Paris le 26 octobre 2016. Crédit : Sevgi/SIPA
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

L'année 2015 a inscrit un triste record concernant le nombre d'expulsions locatives, avec 14.363 expulsions opérées avec l'intervention des forces de l'ordre selon la fondation Abbé Pierre. Les expulsions seront cependant suspendues pour l'année 2016 à partir du 1er novembre, avec l'entrée en vigueur de la trêve hivernale. À partir de mardi, un locataire ne pourra pas se faire chasser de son logement, même si une mesure d'expulsion a été prononcée à son encontre par la justice, jusqu'à la fin de la trêve, le 31 mars prochain.

La trêve hivernale ne s'applique pas aux squatteurs cependant, c'est à dire des occupants qui se seraient introduits dans un logement sans l'accord de son propriétaire. En revanche les coupures de gaz et d'électricité sont également interdites pendant cette période. Le fournisseur d'énergie peut uniquement réduire la quantité d'énergie fournie, lorsque le payeur ne bénéficie pas d'un tarif social.

Le tarif réglementé du gaz augmente

Au 1er novembre, les tarifs réglementés de vente de gaz d'Engie (l'ex-GDF Suez) vont augmenter en moyenne de 1,6 % par rapport au barème en vigueur en octobre 2016, a annoncé la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Cette augmentation s'élèvera à 0,5 % pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1 % pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude et de 1,6 % pour les foyers qui se chauffent également au gaz.

En revanche, les clients qui ont souscrit un contrat à prix de marché fixe ne seront concernés ni par les baisses, ni par les hausses du tarif réglementé pendant toute la durée de leur contrat. Au mois d'octobre, le prix du gaz avait baissé en moyenne de 0,8%.

Airbnb s'engage contre la discrimination

À lire aussi
Chaque année, plus de 200.000 femmes sont victimes de violences conjugales violences conjugales
Confinement : les violences conjugales en hausse de plus de 30% partout en France

Les utilisateurs de la plateforme Airbnb devront désormais adhérer à une charte éthique pour continuer à utiliser le site de location immobilière de particulier à particulier. En signant ce texte, les usagers s'engagent à traiter tous les autres utilisateurs, "sans distinction de race, religion, origine nationale, ethnicité, handicap, sexe, identité de genre, orientation sexuelle ou âge".

L'application vous proposera de signer la charte lors de votre première connexion à partir du 1er novembre. En cas de refus, non seulement vous ne pourrez plus utiliser Airbnb, mais tous les voyages que vous avez déjà réservés seront annulés, vos paiements remboursés, et vous serez alors contraints de supprimer vos comptes.

Les fumeurs sont mobilisé pour un "mois sans tabac"

À l'occasion du mois de novembre déclaré "sans tabac", le ministère de la Santé offre la possibilité aux fumeurs de se procurer depuis le 10 octobre un kit pour les aider à arrêter de fumer. Ce "kit d'aide à l'arrêt" est distribué gratuitement en pharmacie.

Le contenu du kit est en effet davantage basé sur la documentation que sur des adjuvants médicinaux. Il comprend notamment une "brochure de préparation", un agenda de 30 jours avec des conseils quotidiens et un disque permettant au fumeur de calculer les économies réalisées.

Des gants obligatoires en deux-roues à la fin du mois

Les conducteurs et passagers de scooters, motos, mais aussi même de quads ne pourront bientôt plus se balader les mains à l'air. À compter du 20 novembre, le port de gants certifiés CE deviendra obligatoire en vertu d'une décision du comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre 2015.

En cas de contrôle de police, les contrevenants s'exposent à une amende de 68 euros (minorée à 45 euros en cas de paiement sous 15 jours), mais également à un retrait d'un point de permis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Logement Droit au logement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants