1 min de lecture Poitiers

Prématuré de Poitiers : l'hôpital décide l'accompagnement de fin de vie

Les parents d'un grand prématuré qui avaient demandé l'arrêt des soins, dénonçant un acharnement thérapeutique, se sont mis d'accord avec le CHU de Poitiers sur un accompagnement de fin de vie.

Les parents du bébé prématuré devant le CHU de Poitiers le 16 septembre 2014.
Les parents du bébé prématuré devant le CHU de Poitiers le 16 septembre 2014. Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les modalités d'accompagnement de fin de vie du bébé grand prématuré du CHU de Poitiers, dont les parents ont réclamé l'arrêt des soins, "ont été définies en associant la famille", a annoncé ce jeudi l'hôpital.

"L'état de santé du nouveau-né s'est dégradé ces dernières heures et les modalités d'accompagnement de fin de vie ont été définies en associant la famille", a indiqué le CHU de Poitiers, à l'issue d'une réunion collégiale. Ce sont d'ailleurs plusieurs de ces réunions collégiales qui ont permis à l'équipe médicale d'"exclure tout acharnement thérapeutique", a précisé l'hôpital, soulignant que "l'avis des parents" avait été "entendu".

Le petit Titouan, né près de quatre mois avant le terme, ne pesait que 900 grammes à sa naissance et avait subi une hémorragie cérébrale pouvant causer de graves séquelles. Face à ces risques, les parents avaient dit ne pas souhaiter "une vie de handicap" pour leur enfant et avaient demandé aux médecins d'arrêter les soins.

Il fallait plus de temps

Mais l'équipe spécialisée du CHU de Poitiers s'y était opposé, car elle dissociait le cas de Titouan d'une situation d'acharnement thérapeutique ou du débat récurrent sur l'euthanasie, évoquant le besoin de prendre du temps.


La lésion ne s'étant pas résorbée, il était alors impossible pour les médecins de prédire avec exactitude le degré de handicap. Jusqu'à jeudi et l'aggravation de l'état de santé du bébé. Le CHU a rappelé que cette décision avait été prise suite à de nombreuses discussions qui "se sont déroulées selon une procédure normale". 
Comme il est d'usage dans ce type de situation, le cas de l'enfant avait d'abord été soumis à une autre équipe de réanimation néonatale. Puis un avis avait ensuite été sollicité auprès de "l'espace de réflexion éthique régional de Poitou-Charentes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Poitiers Bébé Hôpitaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants