2 min de lecture Paris

Pourquoi Marseille est plus touchée par la pollution que Paris ?

La chaleur et la mer sont autant d'atouts pour les vacanciers que d'amplificateurs de polluants.

Vue arérienne du quartier du Point Rouge à Marseille
Vue arérienne du quartier du Point Rouge à Marseille Crédit : BORIS HORVAT / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Selon plusieurs experts, Marseille serait plus exposée que Paris à la pollution à l'ozone et aux microparticules. Bordant le littoral et les forêts de pins, le cadre de Marseille si apprécié des vacanciers amplifie considérablement la pollution. 

La brise marine souffle les polluants vers l'intérieur

"À Marseille, Athènes, Gênes, Los Angeles, Sydney, Melbourne, Vancouver ou Santiago, le phénomène est le même : il y a une recirculation de la masse d'air entre la mer et la terre qui fait que la pollution de la veille, s'ajoute à la pollution du jour", détaille le spécialiste canadien du climat Douw Steyn.


La nuit, la température de la terre devient plus froide que celle de la mer, la brise de terre souffle vers la mer où elle pousse les polluants. Le jour c'est le contraire, vers la fin de la matinée, la terre s'est réchauffée, la température devient plus élevée que celle de la mer, et la brise marine souffle alors vers l'intérieur des terres, faisant remonter les polluants secondaires vers l'intérieur

"Il y a ainsi des accumulations de pollution sur des périodes de quatre à six jours", précise Xavier Villetard, directeur opérationnel d'Air Paca, l'organisme qui surveille la qualité de l'air en Provence-Alpes-Côte d'Azur. En Provence, avec deux périodes de pollution, en hiver et en été, les habitants sont exposés à un niveau moyen de pollution plus important que dans la capitale selon l'expert. Plus que les périodes de pics, pourtant très médiatisées, c'est cette exposition longue qui a des conséquences sur la santé, affirme le responsable d'Air Paca

"Plus d'ozone à la campagne qu'en ville"

À lire aussi
environnement
Paris : circulation différenciée ce mercredi en raison d'un pic de pollution

Le responsable d'Air Paca ajoute qu'il ne faut pas penser que les raffineries de Fos-sur-Mer, les usines ou les véhicules sont les seuls responsables de ces pollutions estivales. "Il y a également des émissions naturelles : les forêts de pins émettent des terpènes, des composés organiques volatils, qui sous l'action du rayonnement solaire, se combinent avec des polluants d'origine anthropique (humaine, ndlr)".

"Les gens pensent qu'ils sont protégés à la campagne, alors qu'il y a plus d'ozone qu'en ville", poursuit l'expert. Et quand Marseille atteint des pics de pollution, les premiers gaz donnent ensuite de l'ozone "que l'on peut retrouver dans la campagne aixoise ou dans le Luberon". Les polluants urbains se déplacent avec la masse d'air et remontent jusque dans les vallées de la Durance, du Var.

Le footing en bord de mer, une mauvaise idée

Avis aux amateurs de footing en bord de mer, la concentration de polluants le long du littoral phocéen est particulièrement élevée. Même chose pour les forêts de pins qui émettent des gaz qui se mélangent avec des polluants d'origine humaine. 

Pour le professeur Steyn, il n'y a pas trente-six solutions. "Dans les années 50 aux Etats-Unis, on pensait que tout était résolu avec un coup de vent, que la pollution se dispersait, on sait maintenant que c'est faux. La seule solution c'est de diminuer les émissions". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Marseille Pollution
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants