2 min de lecture Racisme

PMA : l'accès pour les femmes noires reste compliqué, regrette une association

La loi bioéthique, qui a ouvert la PMA à toutes les femmes, ne contient pas de disposition sur le principe d'appariement, qui allonge les temps d'attente pour les femmes noires.

Des partisans de la PMA défilant à Paris lors de la Pride, le 29 juin 2017
Des partisans de la PMA défilant à Paris lors de la Pride, le 29 juin 2017 Crédit : AFP / Lionel Bonaventure
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

"Un égal accès à la PMA pour toutes les femmes" : c'est ainsi qu'Emmanuel Macron présente la loi bioéthique, adoptée en deuxième lecture par l'Assemblée nationale le 31 juillet 2020. Ce nouveau texte permet notamment aux couples de femmes d'avoir accès à la procréation médicalement assistée. 

Mais pour Pierrette Pyram, présidente de l'association DiivinesLGBTQI+, qui oeuvre pour la "représentativité et la visibilité des personnes LGBT+ noires et afro-descendantes", il s'agit d'une avancée "qui reste limitée à un cercle de personnes"

La dirigeante associative reproche principalement au texte de ne pas s'être attaqué au principe d'appariement. L'organisation des Cecos, centres chargés de gérer les dons de spermatozoïdes et d'ovocytes, prévoit en effet que les gamettes et embryons soient choisis, pour les couples en attente, "principalement sur des caractéristiques physiques simples (origine ethnique, couleur des yeux et des cheveux)."

Il est donc prévu que les couples de personnes noires reçoivent les gamètes ou embryons de donneurs de la même couleur de peau. "Mais 'il n'y pas assez de dons de personnes noires en France, explique Pierrette Pyram, ce qui mène à des temps d'attente beaucoup plus longs selon la couleur de peau". Selon elle, il faudrait donc donner le choix aux femmes demandeuses de ne pas être contraintes par ce principe.

Un message ministériel à venir dans les Cecos

À lire aussi
À New York, les manifestants ont défilé dans la rue pour réclamer justice après la mort de Breonna Taylor, le 23 septembre 2020. racisme
États-Unis : nouvelle poussée de tensions raciales autour de l'affaire Breonna Taylor

Cette réglementation des Cecos, "structurellement raciste" selon Pierrette Pyram, s'applique aussi aux femmes stériles noires, à qui la procréation médicalement assistée était déjà ouverte. "J'ai reçu des témoignages de femmes hétérosexuelles qui ont été victimes de racisme dans le cadre de ces procédures", assure-t-elle.

La problématique n'est pas inconnue de la majorité. "Nous sommes tous désireux de faire cesser cette quasi obligation d'appariement à laquelle se livrent les Cecos", a affirmé Jean-Louis Touraine, député LaREM et rapporteur de la loi bioéthique, sur le site du réseau de télévision la 1ère.

Mais la notion d'appariement n'apparaissant dans aucun texte législatif, la majorité a préféré ne pas expliciter son rejet, craignant que son inscription dans la loi lui attire paradoxalement plus d'attention. Jean-Louis Touraine assure en revanche qu'un message ministériel sera adressé aux Cecos pour qu'ils n'imposent plus ce principe.

"Une réponse hypocrite" pour Pierrette Pyram. "Qui va vérifier que les Cecos appliquent bien la circulaire ?", s'interroge-t-elle, regrettant que "comme souvent, les personnes noires ou afro-descendantes sont invisibilisées dans les projets de lois."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Racisme PMA Discriminations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants